Cet article date de plus de six ans.

Manuel Valls appelle à un "rééquilibrage" du commerce entre la Chine et la France

Le Premier ministre démarre, jeudi 29 janvier, un voyage officiel de trois jours.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le Premier ministre, Manuel Valls, donne une conférence de presse à l'Elysée, le 21 janvier 2015. ( PHILIPPE WOJAZER / REUTERS)

Une visite d'Etat. Manuel Valls a entamé, jeudi 29 janvier, un déplacement en Chine pour courtiser les investissements de la deuxième économie mondiale. Le Premier ministre est arrivé jeudi matin à Tianjin, métropole très dynamique située à l'est de Pékin.

Manuel Valls, accompagné notamment du chef de la diplomatie française Laurent Fabius, s'est immédiatement rendu à l'usine d'Airbus ouverte il y a dix ans dans cette ville portuaire située à une centaine de kilomètres de la capitale.

La France "accueille tous les investisseurs, Chinois en tête"

Cette usine d'assemblage d'A320 "illustre parfaitement le dynamisme de notre relation", a lancé Manuel Valls. En effet, un quart des avions vendus par Airbus sont destinés au marché chinois. La France, qui "accueille tous les investisseurs, Chinois en tête", est "déterminée à renforcer ce partenariat de long terme", a-t-il ajouté.

Manuel Valls a appelé à "remédier au déséquilibre" des échanges commerciaux France-Chine. Les exportations de la Chine vers la France sont ainsi 2,5 fois plus élevées que celles de la France vers la Chine. Et les investissements chinois en France sont eux aussi bien inférieurs.

"Mais la question du rééquilibrage des échanges – il faut également le dire – dépendra d'une plus grande réciprocité dans nos échanges commerciaux", a toutefois souligné Manuel Valls. Cette réciprocité devra reposer "sur la confiance et la connaissance mutuelle de nos atouts".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.