Les plus vieux spermatozoïdes jamais découverts ont 17 millions d'années

Ils appartiennent à des ostracodes – des crustacés microscopiques – et ont été découverts dans le nord de l'Australie, explique un paléontologue, mercredi 14 mai.

Le site préhistorique de Riversleigh (Australie) est classé au patrimoine mondial de l\'humanité. 
Le site préhistorique de Riversleigh (Australie) est classé au patrimoine mondial de l'humanité.  ( GOOGLE MAPS / FRANCETV INFO )

C'est une histoire qui rappelle le scénario du film Jurassic Park. Une équipe de chercheurs a découvert les plus vieux spermatozoïdes fossilisés jamais mis au jour, puisqu'ils appartiennent à des ostracodes, des crustacés microscopiques qui vivaient il y a 17 millions d'années dans le nord de l'Australie.

"Nous avons pris l'habitude d'avoir de belles surprises" à Riversleigh, a déclaré le paléontologue Mike Archer, qui travaille depuis 35 ans sur ce site préhistorique, classé au patrimoine mondial de l'humanité. "Mais la découverte de spermatozoïdes fossiles, avec leur noyau cellulaire, était totalement inattendue" et "on se demande ce que l'on va pouvoir encore découvrir dans ces sédiments géologiques", a-t-il ajouté.

Des spermatozoïdes géants par rapport aux crustacés

Une étude au microscope a révélé que les fossiles contenaient des organes internes parfaitement préservés, dont les organes sexuels. Et, surprise, les spermatozoïdes mesurent près de 1,3 mm, soit une taille légèrement supérieure à celle du crustacé. Ils renferment leur noyau, qui contenait autrefois les chromosomes et l'ADN de chaque animal.

Les petits ostracodes "vivaient dans une pièce d'eau, à l'intérieur d'une grotte, dans laquelle tombaient les déjections de milliers de chauves-souris", a expliqué le scientifique. Ces déjections ont certainement entraîné des niveaux élevés de phosphore dans l'eau, a précisé une autre scientifique de l'université de Nouvelle-Galles du Sud, Suzanne Hand. Et ce phosphore a pu contribuer à la fossilisation des tissus mous des crustacés – comme les spermatozoïdes.

A Riversleigh, les scientifiques avaient déjà trouvé des insectes préhistoriques toujours dotés de leurs muscles internes, grâce à la fossilisation des bactéries qui consommaient les tissus mous de ces créatures.