Cet article date de plus de sept ans.

Thaïlande : trois questions sur la pratique de l'esclavage dans le secteur de la crevette

D'après  "The Guardian", des crevettes d'élevage vendues dans la grande distribution américaine et européenne seraient nourries par des poissons péchés par des migrants réduits en esclavage.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des travailleurs migrants travaillent dans une usine de crevettes à Bangkok (Thaïlande), le 22 mars 2007. (CHAIWAT SUBPRASOM / REUTERS)

Avant de nous être servies en salade ou en brochette, une majorité des crevettes que nous consommons proviennent de Thaïlande. Mais derrière ce business se cacherait un vaste réseau d'esclavage, comme le montre une enquête du Guardian (en anglais), mardi 10 juin : des crevettes d'élevage vendues dans la grande distribution américaine et européenne seraient nourries par des poissons pêchés par des migrants réduits en esclavage. Sur les bateaux, ces travailleurs venus du Cambodge ou de Birmanie, en situation irrégulière, subissent des conditions de travail inhumaines et des tortures.

Francetv info revient en trois questions sur ce scandale.

1Peut-on trouver ces crevettes en France?

L'enquête du Guardian cite le groupe agro-alimentaire français Carrefour. L'entreprise, au même titre que les plus grands distributeurs du monde, comme Walmart, Tesco, se fournit auprès de l'entreprise thaïlandaise CP Foods mise en cause par le quotidien britannique. Interrogé par Europe 1, Carrefour a affirmé "suspendre immédiatement ses achats directs ou indirects auprès de cette entreprise jusqu’à ce que la lumière soit faite". 

2Que représente ce secteur pour la Thaïlande ?

La pêche est un secteur économique vital pour la Thaïlande. C'est le premier exportateur mondial de crevettes, rappelle Le Figaro, avec 500 tonnes exportées chaque année. La filière pèse 7 milliards de dollars.

L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture estime que le secteur de la pêche génère 662 200 emplois directement dans les entreprises de pêche et indirectement dans des industries liées. En ce qui concerne les crevettes, l'organisation des Nations unies estime que "la forte demande du marché international a maintenu de l’intérêt pour l’élevage de crevettes destinées à l’exportation". 

3Pourquoi le travail est-il fait par des esclaves ?

Le site internet Quartz (en anglais) explique que le taux de chômage est faible en Thaïlande, et donc la plupart des Thaïlandais refusent les emplois mal payés que propose l'industrie de la pêche. Plutôt que de relever le niveau des salaires, les armateurs thaïlandais préfèrent employer des migrants des pays voisins plus pauvres, comme le Laos ou le Cambodge. 

Dans une étude de l'Organisation internationale du travail (OIT) publiée en septembre 2013, de "graves abus sur les bateaux de pêche" avaient été signalés, "décrivant des immigrés illégaux à la merci de violences et du travail forcé", rappelle Le Monde. "10 % d'entre eux disaient avoir été battus à bord, et plus de 25 % témoignaient de journées de travail sans fin, avec des astreintes vingt-quatre heures sur vingt-quatre", poursuit le quotidien.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Asie-Pacifique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.