Cet article date de plus de sept ans.

Le pipi d'un enfant chinois enflamme Pékin et Hong Kong

"Faire pipi", "rues" et "Hong Kong" font désormais partie des dix mots-clés les plus recherchés sur Sina Weibo, le Twitter chinois.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Capture d'écran d'une vidéo YouTube montrant un enfant chinois urinant en pleine rue, à Hong Kong (Chine), le 15 avril 2014. (YOUTUBE / FRANCETV INFO)

Cette scène survenue le 15 avril à Hong Kong soulève une importante vague de réactions en Chine. L'enfant d'un couple chinois urine en pleine rue hongkongaise. Le garçon de 2 ans est pris en photo par un passant. Le père arrache de force la carte mémoire de l'appareil, raconte le Washington Post (en anglais). Et, contrairement à ce qu'affirmait une première version des faits, la mère n'a pas giflé le photographe, comme l'a précisé l'agence chinoise officielle Chine Nouvelle, et comme le montre cette vidéo.

Peu importe, la tempête médiatique a éclaté. "'Faire pipi - rues - Hong Kong' font désormais partie des dix mots-clés les plus recherchés sur Sina Weibo", le Twitter chinois, relève Courrier International. Les médias chinois sont divisés sur la question, précise l'hebdomadaire, et plusieurs journalistes et écrivains influents se sont emparés de l'affaire.

Derrière cet incident, un ressentiment réciproque

Les Hongkongais estiment que faire uriner son enfant dans la rue est un acte "non civilisé" et que la Chine ne mérite pas ce territoire de l'ancien empire britannique cédé à Pékin en 1997, devenant une région autonome du pays.

Dans le camp d'en face, les arguments sont tout autres. "Les Chinois du continent y voient un signe de plus de l''arrogance' des Hongkongais qui s'est déjà exprimée de nombreuses fois ces dernières années, en proportion avec le nombre croissant de visiteurs chinois, venus à Hong Kong faire du tourisme, mais surtout du shopping", selon Rue89.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Asie-Pacifique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.