LA PHOTO. Le dalaï lama prône le dialogue avec l'Etat islamique

Sans craindre de choquer, à l'heure du djihad mondial, le chef spirituel des bouddhistes tibétains a eu ces mots, en marge d'un colloque sur la paix en Inde: «Il faut dialoguer aussi avec l'EI (organisation Etat islamique, dite Daech, ndlr)». Selon lui, «il n'y a pas d'autre voie» que le dialogue.

Dans un interview au quotidien italien La Stampa, le prix Nobel de la paix juge qu\'«il faut dialoguer aussi avec l\'EI». Un dialogue nécessaire, selon lui, même avec un ennemi aussi acharné que l\'organisation Etat islamique. A la question de savoir comment y parvenir, le dalaï-lama répond, tout en critiquant l’idéologie du califat: «Par le dialogue. Il faut écouter, comprendre, avoir de toute façon le respect de l’autre. Il n’y a pas d’autre voie.» Aux yeux du chef spirituel tibétain, «l’islam est une religion de paix, les intolérants nuisent à leur propre foi et à leurs propres frères.» 
Dans un interview au quotidien italien La Stampa, le prix Nobel de la paix juge qu'«il faut dialoguer aussi avec l'EI». Un dialogue nécessaire, selon lui, même avec un ennemi aussi acharné que l'organisation Etat islamique. A la question de savoir comment y parvenir, le dalaï-lama répond, tout en critiquant l’idéologie du califat: «Par le dialogue. Il faut écouter, comprendre, avoir de toute façon le respect de l’autre. Il n’y a pas d’autre voie.» Aux yeux du chef spirituel tibétain, «l’islam est une religion de paix, les intolérants nuisent à leur propre foi et à leurs propres frères.»  (Manjunath KIRAN / AFP)
A Bangalore, au sud de l'Inde, le 7 décembre 2015. Dans un interview au quotidien italien La Stampa, le prix Nobel de la paix juge qu'«il faut dialoguer aussi avec l'EI». Un dialogue nécessaire, selon lui, même avec un ennemi aussi acharné que l'organisation Etat islamique. A la question de savoir comment y parvenir, le dalaï-lama répond, tout en critiquant l’idéologie du califat: «Par le dialogue. Il faut écouter, comprendre, avoir de toute façon le respect de l’autre. Il n’y a pas d’autre voie.» Aux yeux du chef spirituel tibétain, «l’islam est une religion de paix, les intolérants nuisent à leur propre foi et à leurs propres frères.»