Cet article date de plus de dix ans.

La Mongolie veut construire durable

Oulan Bator, la capitale mongole, est une des villes les plus froides au monde. Ses infrastructures, notamment ses écoles, ne sont pourtant pas adaptées aux températures hivernales extrêmes. Des modes de construction plus écologiques se mettent en place pour lutter contre ce problème.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
100 000 nouveaux appartements sont en construction à Oulan Bator, la capitale. (FTV)

En Mongolie, le mercure peut chuter jusqu’à -40°. Pour résister aux basses températures, les habitants se chauffent traditionnellement au charbon. Mais il est difficile de garder la chaleur dans des bâtisses mal isolées et vétustes. Les fenêtres inadaptées laissent passer le vent glacial. Conséquences : ce type de chauffage pollue Oulan Bator pendant l'hiver et les enfants passent leurs journées dans des écoles insalubres et froides. Un fléau pour les voies respiratoires.

Les autorités avaient fait peu de cas de ce problème, alors que 100.000 nouveaux logements sont en construction. Les Mongols laissent derrière eux leurs pâturages pour tenter leur chance en ville. La capitale est en pleine explosion démographique. 

Mais un nouveau modèle de constructions pourrait changer les vieilles habitudes. USAID et l'Agence allemande de coopération technique construisent trois nouvelles écoles, parfaitement isolées, de façon écologique. Des panneaux solaires installés sur les toits permettent de chauffer sans avoir recours aux carburants polluants.

 

Les autorités espèrent que l'éco-construction devienne une mode dans tout le pays

Deutsche Welle, juin 2012

Suivant cet exemple, de nouvelles maisons voient le jour. Entrepreneurs et ouvriers du bâtiment suivent des formations pour construire des logements écologiques. Les Mongols pourront ainsi améliorer leur qualité de vie et faire des économies d’énergie.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Asie-Pacifique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.