La Corée du Nord s'intéresse à une école fromagère de Franche-Comté

Des représentants nord-coréens ont visité l'école. Ils voulaient y former trois de leurs concitoyens.

Kim Jong-un lors d\'un exercice militaire, le 18 mars 2014. Le dirigeant nord-coréen serait un amateur d\'emmental.
Kim Jong-un lors d'un exercice militaire, le 18 mars 2014. Le dirigeant nord-coréen serait un amateur d'emmental. (KNS / KCNA / AFP)

Est-ce parce que Kim Jong-un est connu pour être un amateur d'emmental que des représentants de la Corée du Nord se sont déplacés dans le Doubs ? En tout cas, deux nord-coréens ont visité une école fromagère près de Besançon début mars, a appris l'AFP de la directrice de l'établissement, mardi 22 avril. Ils voulaient y former trois de leurs concitoyens.

Ces deux représentants nord-coréens "sont venus visiter nos installations, voir l'établissement", a expliqué Véronique Drouet, la directrice de l'école nationale d'industrie laitière (Enil) de Mamirolle (Doubs). Elle dit les avoir reçus "sans a priori", comme d'autres visiteurs étrangers.

"Ça fait plaisir de voir qu'on est connu"

"J'imagine qu'ils ont cru qu'ils avaient trouvé une école [qui leur convenait] et que ça ne faisait pas l'ombre d'un doute que ça allait marcher", a-t-elle ajouté. Cependant "il n'y a pas matière à aller plus loin avec la Corée du Nord" car un tel partenariat "ne rentre pas dans nos priorités et notre stratégie".

En effet, les coopérations internationales de l'Enil de Mamirolle, qui forme 600 élèves à la transformation du lait et à la fabrication de fromages comme le comté, le mont-d'or ou l'emmental, se font principalement dans le cadre des coopérations conventionnées de la région Franche-Comté, a souligné Véronique Drouet. "On est une école à taille humaine, on ne peut pas se démultiplier aux quatre coins du monde", aussi "on privilégie nos partenaires habituels", a-t-elle justifié.

Mais "ça fait toujours plaisir de voir qu'on est connu", parfois de très loin, "c'est ce qu'il faut retenir", s'est-elle amusée.