Cet article date de plus de six ans.

La Chine devient un pays de café

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
France 2
Article rédigé par
France Télévisions

Au pays du thé, la culture d'Arabica a décuplé en 15 ans grâce à une récolte spéciale. Des producteurs utilisent des civettes, des chats musqués, pour produire le café.

Le café est le nouveau terrain de conquête chinois. Le pays va-t-il supplanter à l'avenir la Colombie ou le Brésil, leaders du marché ? Au pays du thé, la culture d'Arabica a décuplé en 15 ans grâce à une récolte spéciale. "Par rapport à d'autres cultures, les caféiers sont beaucoup plus rentables. Ils sont rarement malades et résistent bien aux insectes nuisibles. On a un haut rendement à faible coût", explique un agriculteur. Les Français ont introduit le café arabica dans la région du Yunnan à la fin du XIXe siècle pour leur marché dans l'Indochine voisine. Après la guerre, il a été abandonné, mais pas complètement oublié.

500 euros le kilo

Les nouveaux maîtres du café ont cherché à augmenter leurs profits. Ils utilisent des civettes, ou chats musqués. "L'animal avale les grains qui fermentent dans son estomac. Elle n'absorbe que l'écorce et évacue le reste. Au cours de ce processus, les enzymes de l'estomac produisent un goût spécial qui pénètre les grains de café", détaille Zhu Zhihang, PDG de "Parfum d'Arabica". Les grains de café récoltés dans les crottes de civette valent de l'or. Le café vaut jusqu'à 500 euros le kilo.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Asie-Pacifique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.