Cet article date de plus de cinq ans.

Entre scandales et ambitions, le retour en Corée de Ban Ki-moon s'annonce tempétueux

Ban Ki-moon a quitté, samedi, ses fonctions de secrétaire général de l'ONU et prépare sa candidature à l'élection présidentielle en Corée du Sud sur fond de scandale de corruption.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Ban Ki-moon, ex-secrétaire de l'ONU, au siège des Nations-Unies, à New York, le 30 décembre 2016. (KENA BETANCUR / AFP)

Après dix années comme secrétaire général de l’ONU, le Sud-Coréen Ban Ki-moon quitte ses fonctions samedi 31 décembre. Il sera remplacé, dès dimanche, par le portugais Antonio Guterres. Si Ban Ki-Moon a évité les scandales personnels lorsqu'il était en poste, cela va peut-être changer. Il est accusé de corruption dans son pays, alors qu'il compte briguer la présidence de la République coréenne.

Ban Ki-Moon aurait reçu 200 000 dollars en 2005, alors qu'il était ministre coréen des Affaires étrangères. De l'argent remis en liquide dans sa résidence, a affirmé, il y a quelques jours, un journal de Séoul. Deux ans plus tard, alors qu'il arrive à la tête de l'ONU, il aurait également reçu 30 000 euros, via un restaurant new yorkais.

Cet argent aurait été fourni par un homme d'affaire sud-coréen véreux. Ce dernier a été condamné en 2009 pour évasion fiscale et corruption impliquant des hommes politiques. L'enquête sur ce patron de fabrique de chaussures aurait ignoré, à l'époque, l'implication du secrétaire général de l'ONU. Le porte-parole de Ban Ki Moon a qualifié ces accusations de "fausses et infondées". L'opposition a demandé l'ouverture d'une nouvelle enquête.

Ces révélations pourraient freiner les ambitions de Ban Ki-moon. Il prépare actuellement sa candidature à la présidentielle coréenne. L'élection devait avoir lieu en décembre prochain, mais elle pourrait être précipitée si la Cour constitutionnelle valide la destitution de l'actuelle présidente, accusée de corruption.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Asie-Pacifique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.