Les députés sud-coréens votent la destitution de la présidente Park, impliquée dans un scandale de corruption

La motion a été adoptée par l'Assemblée de Corée du Sud par 234 voix contre 56.

La présidente sud-coréenne Park Geun-hye prononce un discours à Séoul, le 29 novembre 2016.
La présidente sud-coréenne Park Geun-hye prononce un discours à Séoul, le 29 novembre 2016. (AFP)

Les députés sud-coréens ont adopté, vendredi 9 décembre, une motion de destitution contre la présidente Park Geun-hye, éclaboussée par un vaste scandale de corruption. La motion a été adoptée par l'Assemblée nationale par 234 voix contre 56.

Des manifestations rassemblant plusieurs centaines de milliers de personnes se sont multipliées ces dernières semaines pour réclamer la démission de la présidente sud-coréenne. Une proche de Park Geun-hye est accusée d'avoir usé de son amitié avec elle pour s'immiscer dans les affaires de l'Etat, exercer son influence dans le monde de la culture et du sport et extorquer de l'argent aux conglomérats sud-coréens. Choi Soon-sil, surnommée "Raspoutine" par les journaux locaux, n'occupe pourtant aucune fonction officielle. 

La décision doit être validée par la Cour constitutionnelle

La cheffe de l'Etat conserve son titre de présidente le temps que la Cour constitutionnelle valide ou non cette destitution. Le Premier ministre sud-coréen assurera l'intérim de la présidence pendant cette procédure, qui pourrait prendre jusqu'à six mois.

Park Geun-hye a annoncé qu'elle pourrait attendre la décision de la Cour constitutionnelle pour démissionner.