Thaïlande : la junte veut interdire le salut de "The Hunger Games", devenu symbole de la révolte

Les opposants au coup d'Etat militaire ont emprunté à la saga ce geste qui consiste à tendre trois doigts, le bras levé.

Un opposant au coup d\'Etat reproduit le salut à trois doigts de \"The Hunger Games\", lors d\'un rassemblement, à Bangkok (Thaïlande), le 1er juin 2014.
Un opposant au coup d'Etat reproduit le salut à trois doigts de "The Hunger Games", lors d'un rassemblement, à Bangkok (Thaïlande), le 1er juin 2014. (CHAIWAT SUBPRASOM / REUTERS)

Cette résistance pacifique déplaît au pouvoir militaire. Les opposants au coup d'Etat en Thaïlande, qui bravent l'interdiction de manifester et les menaces d'arrestation, ont adopté le salut à trois doigts des films à succès The Hunger Games. Ils défient ainsi la junte et sa loi martiale, qui envisage d'interdire ce geste symbolique. Explications.

D'où vient ce salut à trois doigts ?

Petit rappel, pour qui n'aurait pas vu ni lu la saga The Hunger Games. Cette série de films, adaptée du roman éponyme de Suzanne Collins (2008), met en scène une Amérique post-apocalyptique, devenue une société totalitaire, dominée par les oligarques du Capitole qui font régner la terreur dans des districts où s'entasse la population.

Au départ, c'est un geste de remerciement et d'au revoir adressé à un proche. Mais il devient un symbole de la révolte contre le régime, qui organise notamment un jeu télévisé où des adolescents doivent se battre à mort. A la fin de l'extrait vidéo ci-dessous, on voit ce signe de ralliement qui consiste à tendre le bras vers le ciel avec l'index, le majeur et l'annulaire levés.

Que signifie-t-il en Thaïlande ?

"Montrer les trois doigts est devenu un symbole pour appeler à des droits politiques de base, dans un pays dirigé par une personne", le général Prayuth, écrit sur Facebook Sombat Boonngamanong, militant recherché par la junte. "Le salut à trois doigts des Hunger Games, adopté par les manifestants à Bangkok, est un acte symbolique de défi pacifique par ceux qui reconnaissent qu'ils n'ont pas beaucoup de chance de succès, mais qui décident avec courage de faire entendre leur voix malgré tout", ajoute-t-il.

Ce membre des chemises rouges, qui soutient le gouvernement déchu de Yingluck Shinawatra, demande aux manifestants de "lever trois doigts, trois fois par jour", dans les lieux publics où il n'y a ni police, ni militaires, selon le Guardian (en anglais). De son côté, le militant Manik Sethisuwan explique, sur Twitter : "Chers #HungerGames. Nous avons fait nôtre votre signe. Notre lutte n'est pas une fiction"

Toutefois, certains manifestants expliquent que le geste est une référence à la devise française "Liberté, Egalité, Fraternité", héritée de la Révolution de 1789. D'autres affirment qu'il signifie "Liberté, élection, démocratie"

Qu'en dit l'armée au pouvoir ?

L'armée, qui a imposé la loi martiale, un couvre-feu de nuit et un contrôle des médias, prévient que les manifestants faisant le salut pourraient être arrêtés et passer en cour martiale, s'ils sont en groupe. "S'ils se rassemblent, avec plus de cinq personnes et montrent le symbole des trois doigts, alors c'est illégal", a déclaré à la presse le porte-parole de la junte Winthai Suvaree. Tout en laissant entendre que ceux qui postaient des photos sur internet ne seraient probablement pas interpellés.

La réponse de la junte "révèle un état d'esprit totalitaire qui considère le respect des droits de l'Homme comme une entrave à l'exercice du pouvoir", dénonce Brad Adams, responsable de l'ONG Human Rights Watch pour l'Asie.