Cet article date de plus d'un an.

Corée du Sud : une star de la K-pop inculpée dans un scandale de prostitution

Le chanteur Seungri, membre du très célèbre boy's band Bigbang, est au coeur d'un scandale mêlant soudoiement et prostitution. Il est accusé d'avoir, entre autres, fourni des prostituées à des investisseurs. Une de ses boîtes de nuit fait aussi face à un scandale d'agressions sexuelles.

Article rédigé par
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le chanteur Seungri lors de son interrogatoire le 27 février 2019. (YONHAP / AFP)

On est loin de l'image lisse et glamour que souhaite donner l'industrie musicale de la K-pop, la musique pop coréenne qui a envahi la planète. Seungri, un chanteur du boy’s band Bigbang, a été inculpé lundi 11 mars. Il est soupçonné d'avoir fourni des prostituées à des investisseurs dans des night-clubs d’un quartier chic de Séoul. Une de ses boîtes de nuit serait aussi au centre d'un scandale d'agressions sexuelles.

Chanteur et businessman

Seungri est un des cinq chanteurs du groupe Bigbang. Ils sont surnommés "les rois de la K-pop" avec 140 millions de disques vendus et des centaines de milliers de fans à travers le monde.

Mais Seungri est aussi un entrepreneur qui possède des restaurants et des clubs. C'est justement à des investisseurs intéressés par son entreprise qu'il est soupçonné d’avoir fourni des prostituées.

Seungri annonce la fin de sa carrière

Le jeune homme de 28 ans, de son vrai nom Lee Seung-hyun, a aussi été interrogé par la police au sujet d’une boîte de nuit dont il était le directeur : selon la presse coréenne, des clientes y auraient été victimes d’abus sexuels, après que des serveurs leur ont fait absorber des drogues à leur insu.

Le chanteur nie ces accusations. Il a néanmoins présenté ses excuses et annoncé sa retraite du monde du show-business. Hier soir, l’agence qui gère son groupe ainsi que d’autres entreprises de K-pop ont vu le cours de leurs actions chuter. Il ne fait pas bon briser le mythe des beaux garçons romantiques de la pop coréenne.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.