Boeing disparu : les talibans auraient aimé "détourner un tel avion"

Un porte-parole des rebelles islamistes assure n'avoir aucune information sur la disparition du MH370, mais regrette de ne pas être derrière cette disparition.

A Manille, une fresque en hommage aux 239 passagers du Boeing de la Malaysia Airlines, disparu depuis le 8 mars 2014.
A Manille, une fresque en hommage aux 239 passagers du Boeing de la Malaysia Airlines, disparu depuis le 8 mars 2014. (TED ALJIBE / AFP)

Depuis le 8 mars, jour de la disparition du Boeing de la Malaysia Airlines, le monde entier tente de retrouver l'appareil et s'inquiète pour les 239 passagers et membres d'équipage. Les talibans afghans ont démenti être à l'origine d'un éventuel détournement du Boeing 777. Mais leur porte-parole a affirmé qu'ils auraient aimé "avoir l'occasion de détourner un tel avion".

Comme l'explique le Sydney Morning Herald, Zabihullah Mujahid, un des porte-parole des rebelles islamistes, était interrogé par Reuters sur la théorie selon laquelle l'avion aurait pu s'écraser à la frontière entre le Pakistan et l'Afghanistan, le repaire des talibans, ou qu'il aurait pu être détourné par des pirates islamistes.

"Nous n'avons aucune information"

"Cela s'est déroulé en dehors de l'Afghanistan, a répondu le porte-parole des talibans, depuis la région du Nord Waziristan. Et vous voyez que même des pays avec des technologies et des équipements très avancés ne parviennent pas à déterminer où est passé cet appareil. Donc, nous non plus, nous n'avons aucune information sur ce qui reste un problème extérieur."

Les recherches se concentrent sur deux corridors aériens : l'un qui va du nord de la Thaïlande à la frontière du Kazakhstan et du Turkménistan, l'autre de l'Indonésie vers le sud de l'océan Indien, dans la mesure où, selon les autorités malaisiennes, l'avion a continué à émettre des signaux sept heures après son décollage de la capitale malaisienne.

Des responsables de plusieurs pays, dont l'Inde, le Pakistan, situés dans la partie nord de la zone de recherches, ont déclaré n'avoir décelé aucune trace de l'appareil après avoir été sollicités par la Malaisie.