Nouvelle-Zélande : après l'attaque des mosquées, la Première ministre veut durcir les lois sur le port d'armes

La Première ministre néo-zélandaise estime qu'il faut envisager une interdiction des armes semi-automatiques.

Jacinda Ardern lors d\'une conférence de presse à Wellington, le 15 mars 2019. 
Jacinda Ardern lors d'une conférence de presse à Wellington, le 15 mars 2019.  (REUTERS)

"Je peux vous dire une chose, nos lois sur les armes vont changer"La première ministre néo-zélandaise s'est engagée, samedi 16 mars, à durcir les lois sur le port d'armes, au lendemain de l'attaque de deux mosquées par un Australien équipé d'armes semi-automatiques acquises légalement, qui a fait 49 morts. "L'attaquant était détenteur d'un permis de port d'armes (...) acquis en novembre 2017", a précisé Jacinda Ardern lors d'une conférence de presse à Wellington.

Il suffit d'avoir plus de 16 ans pour demander un permis de port d'arme 

L'homme, âgé de 28 ans, avait acheté deux fusils semi-automatiques, deux fusils de chasse et un fusil à pompe, a-t-elle précisé. "Le simple fait (...) que cet individu ait acheté un permis et acquis des armes de ce type, cela me fait dire que les gens vont vouloir que cela change, et je m'y engage", a-t-elle expliqué. Jacinda Ardern a noté que des tentatives avaient eu lieu en 2005, 2012 et 2017, et précisé qu'il fallait envisager une interdiction des armes semi-automatiques.

La Nouvelle-Zélande a durci le conditions d'accès aux armes semi-automatiques en 1992, deux ans après qu'un malade psychiatrique a tué 13 personnes à Aramoana, sur l'île du sud. Néanmoins, il suffit d'avoir plus de 16 ans pour demander un permis de port d'arme standard après des séances d'instruction en matière de sécurité. Ils peuvent alors acheter un fusil et l'utiliser sans contrôle.