Cet article date de plus de deux ans.

"J'ai vu l'assaillant, je l'ai poursuivi, il a pris peur" : le récit de l'acte héroïque d'un fidèle de la mosquée de Linwood à Christchurch

Abdul Aziz, originaire d'Afghanistan, qualifié de "héros" en Nouvelle-Zélande, raconte à franceinfo comment il a fait fuir le tireur lors de l'attentat de Christchurch, qui a fait 50 morts vendredi. Un acte qui aura peut-être permis d'éviter un bilan encore plus lourd.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Abdul Aziz, originaire d'Afghanistan, qualifié de "héros" en Nouvelle-Zélande pour avoir risqué sa vie afin faire fuir le tireur lors de l'attentat de Christchurch, qui a fait 50 morts vendredi. Un acte qui aura peut-être permis d'éviter un bilan encore plus lourd. (MICK TSIKAS / AAP)

En Nouvelle-Zélande, les attaques contre deux mosquées de Christchurch vendredi ont fait 50 morts et 50 blessés. Ce bilan aurait pu être beaucoup plus lourd sans l'intervention d'un fidèle, Abdul Aziz. Il témoigne au micro de l'envoyée spéciale de franceinfo Carrie Nooten et explique comment il a mis en fuite le tireur.

Cet homme de 48 ans, originaire d'Afghanistan, participait vendredi 15 mars avec ses quatre fils à la prière dans la mosquée de Linwood, la deuxième cible du tueur. "J'ai vu l'assaillant et j'ai jeté sur lui une machine pour les cartes de crédit. Il a réussi à attraper une arme et il a commencé à me tirer dessus", raconte Abdul Aziz

Deux de mes fils ont essayé de me retenir. Je leur ai dit de rester cachés et que tout irait bien pour moi.

Abdul Aziz

à franceinfo

Abdul Aziz réussi à se cacher entre les voitures et se saisi d'une arme vide laissée derrière lui par le tireur. "J'ai couru derrière la mosquée, vers le parking, j'ai vu un corps avec une arme. Quand j'ai essayé de tirer, il n'y avait plus de balle alors j'ai crié 'Reviens, je suis ici !' et je me suis dirigé vers l'entrée de la mosquée", poursuit-il. Lorsque le tireur entend et voit Abdul Aziz, il court pour rejoindre sa voiture.

Je l'ai poursuivi, j'ai lancé l'arme que j'ai récupérée et cela a cassé sa vitre. Il a eu peur. J'ai couru après sa voiture, pieds nus, avec cette arme à la main. Il est passé au feu rouge et il a disparu.

Abdul Aziz

à franceinfo  

Le tireur sera finalement arrêté quelques instants plus tard par la police. Les autorités estiment qu’Abdul Aziz a sauvé la vie d'une cinquantaine de personnes.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.