''Ils descendent de leurs véhicules en criant "Mort aux Arméniens" '': la région lyonnaise en proie aux tensions entre Turcs et Arméniens

Les affrontements entre les communautés turques et arménienne se multiplient dans l'agglomération lyonnaise. Mercredi 28 octobre au soir, de jeunes Turcs ont défilé à Décines (Rhône), proférant des menaces à l'encontre des Arméniens.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Rassemblement d'Arméniens devant le consulat de Turquie, à Lyon, le 8 octobre 2020 (illustration). (MAXIME JEGAT / MAXPPP)

À Décines, dans le Rhône, une grosse centaine de jeunes Turcs, selon les chiffres de la mairie, a défilé mercredi 28 octobre au soir, brandissant des drapeaux trucs et proférant des appels à la violence. À Vienne (Isère), une patrouille de police a été agressée, selon le Syndicat des commissaires de police. La veille, sur l'autoroute A7, des affrontements entre les communautés turque et arménienne avaient fait plusieurs blessés. Les tensions grimpent depuis plusieurs mois dans la région lyonnaise. 

Menaces de morts et insultes

Daniel Danielian, adjoint à la culture de la mairie de Décines, dénonce une démonstration de force de Turcs nationalistes, soutenue selon lui par Ankara. D'origine arménienne, il a assisté à la scène, mercredi soir. "Ma première réaction a été d'appeler mes enfants, raconte-t-il. Pour leur dire : "Ne partagez rien sur les réseaux sociaux, restez discrètes et ne faites rien, car ça peut être très, très dangereux". Et en effet, c'est très dangereux." Encore secoué le lendemain, il décrit les faits : "J'ai bien vu une bonne centaine de véhicules qui circulaient en klaxonnant avec des drapeaux turcs. À un moment donné, ils descendent de leurs véhicules en criant "Mort aux Arméniens", et en insultant."

Appel au gouvernement

Avec la présence des forces de l'ordre, la soirée n'a pas dégénéré à Décines.

À Vienne en revanche, une patrouille de police a été prise à partie. Laurence Fautra, la maire de Décines, condamne cette escalade : "Ces derniers temps, sur l'agglomération lyonnaise, on a eu quand même des menaces aussi bien au niveau des maires que là, une menace au niveau de la commune en tant que telle, affirme l'élue. Donc, évidemment, j'en appelle aux ministres, à M. Darmanin. J'en appelle aussi à M. le Consul."

On est en France, on ne peut pas laisser faire ça et vivre sous la menace de quiconque.

Laurence Fautra, maire de Décines

à franceinfo

À Décines, tout le quartier dit de la Petite Arménie est sous surveillance. Le Centre national de la mémoire arménienne reste fermé jusqu'à nouvel ordre, par précaution.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.