VIDEOS. Aux Etats-Unis, 2 000 ados provoquent une bagarre générale dans un centre commercial

Selon la police, "les débordements ont entraîné d'autres débordements", créant de véritables scènes de panique dans un centre commercial du Kentucky. 

Capture d\'écran d\'une vidéo montrant des affrontements qui ont eu lieu, samedi 26 décembre 2015, dans un centre commercial du Kentucky (Etats-Unis). 
Capture d'écran d'une vidéo montrant des affrontements qui ont eu lieu, samedi 26 décembre 2015, dans un centre commercial du Kentucky (Etats-Unis).  (COMEX JOE / YOUTUBE)

Une bagarre générale qui ressemble à une scène d'émeute. Environ 2 000 adolescents âgés de 13 ans à une vingtaine d'années ont provoqué une bagarre générale dans un centre commercial du Kentucky (Etats-Unis), samedi 26 décembre, rapporte NBC News (en anglais)

Tout a commencé vers 19 heures quand six policiers ont été appelés au centre commercial de Saint Matthews, près de Louisville, l'un des plus grands de l'Etat, pour de simples "débordements", explique Dennis McDonald, porte-parole de la police. Alors qu'ils intervenaient pour régler ces affrontements, "les débordements ont entraîné d'autres débordements", poursuit-il. La situation est rapidement devenue ingérable pour les forces de l'ordre. 

"C'était fou"

Cinquante officiers ont donc été appelés en renfort alors que l'ensemble du centre commercial était touché par les affrontements. Sur les réseaux sociaux, plusieurs vidéos attestent de la violence des échanges, des dégâts provoqués sur les commerces et de la panique qui a régné dans le centre commercial. Des clients ont pris la fuite en courant alors que les magasins tentaient de baisser leurs grilles. "Les commerces voulaient fermer leurs portes, mais des jeunes les en empêchaient en grimpant sur les grilles." "C'était une émeute", constate Dennis McDonald, "c'était fou".

La police suspecte les adolescents de s'être coordonnés grâce au réseaux sociaux, indique Associated press (en anglais). "Ils se dispersaient et tout d'un coup, ils se rassemblaient dans un autre endroit", explique le porte-parole de la police. Toutefois, les autorités n'estiment que la bagarre générale n'a pas été préméditée.