Cet article date de plus de neuf ans.

Vidéo Une exécution ratée aux Etats-Unis provoque une longue agonie du condamné

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min
Longue agonie d'un condamné après une exécution ratée aux Etats-Unis (JEAN-YVES SERRAND - FRANCE 3)
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions

Dans l'Etat de l'Oklahoma, Clayton Lockett est mort d'une crise cardiaque après une quarantaine de minutes de souffrance.

"Clayton Lockett a été torturé à mort", a réagi l'avocate du condamné, Madeline Cohen. L'homme a succombé au terme d'une quarantaine de minutes d'agonie, mardi 30 avril au soir, dans l'Etat de l'Oklahoma, aux Etats-Unis. Il aurait été victime de l'expérimentation ratée d'une nouvelle procédure d'injection.

Quelques minutes après le début de l'injection du cocktail létal - qui n'avait jamais été testé -, le directeur des prisons de cet Etat du Sud, Robert Patton, a ordonné l'arrêt de l'exécution de Clayton Lockett. Ce dernier a cependant été déclaré décédé une quarantaine de minutes plus tard d'une "crise cardiaque foudroyante", a indiqué le porte-parole des prisons, Jerry Massie.

Une deuxième exécution reportée

Quelques minutes après l'injection, le prisonnier a sombré dans un état de souffrance, très agité, le corps tremblant, soulevant les épaules de la table d'exécution et prononçant des grognements et des mots incompréhensibles, selon la presse locale, dont la version a été partiellement confirmée par Jerry Massie. Ce drame a provoqué le report immédiat d'une seconde exécution prévue juste après.

"Une enquête indépendante doit être menée par une tierce partie, et non par les autorités pénitentiaires", a exhorté dans un communiqué l'avocate du condamné. Clayton Lockett avait été condamné à mort en 2000 pour le viol et le meurtre d'une jeune femme, qu'il avait enlevée, frappée et enterrée vivante. Le deuxième condamné qui devait être exécuté le même jour, Charles Warner, a été condamné en 1997 pour le viol et le meurtre de la fillette de 11 mois de sa compagne.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.