Cet article date de plus de cinq ans.

Vidéo Visite guidée du domicile des tueurs de San Bernardino

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Le propriétaire a autorisé les reporters à entrer dans l'appartement où vivait le couple de meurtriers, après la perquisition minutieuse menée par les enquêteurs.
EVN
Article rédigé par
France Télévisions

Le propriétaire a autorisé les journalistes à entrer dans l'appartement où vivait le couple de meurtriers, après la perquisition minutieuse menée par les enquêteurs.

L'image est étonnante. Les journalistes, caméras à l'épaule ou appareil photo à la main, se bousculent dans un appartement exigu. Des reporters ont pu pénétrer, vendredi 4 décembre, dans le domicile de Tashfeen Malik et Syed Farook, le couple auteur de la tuerie de San Bernardino, en Californie, la fusillade la plus meurtrière qu'aient subie les Etats-Unis depuis le massacre perpétrée à l'école élémentaire Sandy Hook de Newtown, dans le Connecticut, en décembre 2012.

Verre brisé, porte cassée et documents fédéraux abandonnés

Retirant lui-même les scellés des policiers, le propriétaire de l'appartement a autorisé les journalistes à y entrer, après la perquisition minutieuse menée par les enquêteurs, la veille. Ils y découvrent du verre brisé sur le sol, des documents fédéraux abandonnés sur une table basse, un lit pour bébé, des jouets et des peluches, un bureau, des documents éparpillés et une porte cassée.

C'est là que vivaient Tashfeen Malik, 27 ans, et Syed Farook, 28 ans. Une importante quantité de munitions (4 500 cartouches en plus des 1 600 qui se trouvaient à l'intérieur de leur voiture) et douze bombes artisanales y ont été découvertes par les policiers. Le couple, qui laisse derrière lui une petite fille de six mois, a ouvert le feu dans une salle de l'Inland Regional Center de San Bernardino, en pleine fête de fin d'année organisée par l'agence des services sociaux.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Tuerie de San Bernardino

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.