Cet article date de plus de huit ans.

Magnotta, le "dépeceur" de Montréal, plaide non coupable

L'auteur présumé du meurtre et du dépeçage du corps d'un étudiant chinois a comparu mardi devant la justice canadienne. FTVi revient sur la procédure qui l'attend. Que lui reproche-t-on ? Que risque-t-il ? 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Luka Rocco Magnotta à son arrivée au Canada, le 18 juin 2012. (SERVICE DE POLICE DE LA VILLE DE MONTREAL / AFP)

Le Canada attend ses mots, ses justifications. Mais Luka Rocco Magnotta a plaidé non coupable, mardi 19 juin à Montréal, du meurtre et du dépeçage du corps d'un étudiant chinois dont il est accusé. Son avocat a réclamé des examens psychiatriques pour son client avant toute nouvelle audience.

Le jeune homme est arrivé dans la nuit de lundi à mardi au Canada à bord d'un avion militaire, en provenance d'Allemagne d'où il a été extradé. Luka Rocco Magnotta a été arrêté dans un cybercafé de Berlin, le 4 juin, au terme d'une cavale de dix jours. Il est soupçonné d'avoir sauvagement tué Lin Jun, un étudiant chinois de 33 ans, à coups de pic à glace, dans la nuit du 24 au 25 mai à Montréal, d'avoir démembré son corps et d'avoir filmé puis diffusé la scène sur internet.

• Quelle procédure pour Magnotta ?

Dans les heures qui ont suivi son arrivée à Montréal, il a été interrogé par les enquêteurs. "Nous voulons trouver la dernière partie du corps", a déclaré le porte-parole de la police de Montréal, en référence à la tête de la victime qui n'a pas été retrouvée. Mais il n'a donné aucune indication.

Par la suite, Magnotta a comparu devant la justice par visioconférence depuis le commissariat où il est détenu, dans le nord de Montréal. Un dispositif spécial, utilisé fréquemment au Canada pour limiter les déplacements d'un suspect dont l'intégrité physique peut être mise en danger.  Le jeune homme de 29 ans, vêtu d'un sweat à capuche gris vert, est resté impassible pendant les dix minutes environ de l'audience qui s'est tenue en anglais. Il n'a pas esquissé un sourire ni même une quelconque mimique. Il comparaîtra de nouveau jeudi.

Au palais de justice, quelques adolescents étaient venus assister à la comparution, dont l'un, âgé de treize ans, dit avoir "regardé un peu la vidéo" diffusée sur internet du meurtre sauvage de l'étudiant chinois Lin Jun, dont est accusé Magnotta. "Ça m'intrigue beaucoup de voir comment un homme qui a fait un meurtre aussi grave, aussi cruel, peut paraître aussi calme et banal comme quand il passe à la télé", a déclaré cet élève de première secondaire (l'équivalent de la classe de quatrième en France, ndlr).

• Que risque-t-il ?

Magnotta fait face à cinq chefs d'accusation : "meurtre", "outrage à cadavre", "publication de choses obscènes", "envoi par la poste de choses obscènes" et "harcèlement criminel" à l'encontre du Premier ministre canadien, Stephen Harper, et d'autres personnalités. Au Canada, pays qui a aboli la peine capitale en 1976, Magnotta est passible de la prison à perpétuité. 

Avant de prendre un vol pour Paris, le 26 mai, Magnotta, qui se présentait également sous les noms d'Eric Clinton Newman ou Vladimir Romanov, avait envoyé les pieds et les mains de sa victime par colis postal au siège du Parti conservateur canadien et à celui du Parti libéral, à Ottawa, ainsi qu'à deux écoles de Vancouver. La découverte du pied et de la main envoyés à Ottawa a rapidement permis à la police de Montréal d'établir qu'ils correspondaient au tronc de la victime, retrouvé dans un sac poubelle dans une ruelle près du logement de Magnotta à Montréal. L'accusation de harcèlement à l'égard du Premier ministre serait, elle, liée à une note manuscrite découverte dans le colis adressé au siège du Parti conservateur. 

• Est-il impliqué dans d'autres affaires ?

Selon les enquêteurs, d'autres chefs d'accusation pourraient être présentés. La police de Montréal s'intéresse en effet au meurtre et au démembrement d'un Américain, en janvier, à Los Angeles, où Luka Rocco Magnotta est également passé sans qu'il ne soit possible pour l'instant de lui attribuer ce meurtre. La tête, les mains et les pieds de la victime, Hervey Medellin, un retraité de 66 ans, avaient été retrouvés les 17 et 18 janvier derniers sur la colline aux célèbres lettres formant le mot "Hollywood". Malgré la capture du suspect, l'enquête criminelle pourrait donc être longue.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.