Cet article date de plus de neuf ans.

L'ONU refuse d'indemniser les victimes du choléra en Haïti

Alors que des milliers de personnes réclamaient une compensation, les Nations unies ont jugé jeudi ces demandes "non recevables". Elles mettent en avant un texte onusien sur les immunités.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
De nouveaux patients sont admis dans un centre de Médecins Sans Frontière pour être traités contre le choléra, le 7 novembre 2012 à Delmas (Haiti). (THONY BELIZAIRE / AFP)

Des milliers de victimes espéraient un geste. Les Nations unies ont rejeté comme "non recevables" les demandes d'indemnisation des victimes de l'épidémie de choléra en Haïti, a indiqué, jeudi 21 février, un porte-parole de l'ONU. Alors que des casques bleus népalais sont accusés d'avoir introduit la maladie dans le pays, l'organisation se réfugie derrière les "privilèges et immunités" dont elle bénéficie. Explications.

Pourquoi l'ONU est-elle visée ?

En octobre 2010, neuf mois après le séisme qui a frappé Haïti, une épidémie de choléra s'est déclarée dans le pays. Elle a fait depuis cette date plus de 7 700 morts et a infecté plus de 620 000 personnes, selon l'Organisation mondiale de la santé. La bactérie a été introduite dans le pays par des Casques bleus népalais, selon une étude publiée en juin 2011 par les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies. Un chercheur français avait fait le même constat en 2010.

Cinq mille victimes du choléra exigent désormais des Nations unies des centaines de millions de dollars de compensations. Le groupe d'avocats qui les représentent réclame 100 000 dollars pour chaque mort et 50 000 dollars pour chaque personne infectée, menaçant de déposer une plainte en bonne et due forme si l'ONU ne verse pas de compensations.

Comment l'ONU se défend-elle ?

Bien que "déterminée à éliminer le choléra en Haïti", l'ONU estime que cette demande n'est "pas recevable". Elle avance pour cela la section 29 de la Convention sur les privilèges et immunités des Nations Unies, sans donner plus de précision.  

Interrogé sur le délai mis à répondre à la demande de compensation, introduite en novembre 2011, le porte-parole Marin Nesirky a répondu que l'ONU "avait pris le temps nécessaire pour examiner de près les plaintes dans tous leurs aspects". L'ONU a souligné ses efforts pour traiter l'épidémie et pour améliorer les infrastructures sanitaires d'Haïti. En décembre dernier, l'ONU a lancé un appel de fonds de 2,2 milliards de dollars afin de financer une campagne pour éradiquer l'épidémie.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Amériques

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.