Le maire de Toronto, encore surpris à fumer du crack, va suivre une cure de désintoxication

Rob Ford reste candidat à sa réélection mais veut "faire une pause" pour soigner ses problèmes de dépendance.

Le maire de Toronto (Canada), Rob Ford, lance sa campagne pour sa réélection, le 17 avril 2014.
Le maire de Toronto (Canada), Rob Ford, lance sa campagne pour sa réélection, le 17 avril 2014. (STEVE RUSSELL / TORONTO STAR / GETTY IMAGES)

Il avait promis que "ces erreurs ne se reproduiraient plus jamais". Le maire de Toronto (Canada), Rob Ford, a décidé, mercredi 30 avril, de faire "une pause" pour suivre une cure de désintoxication, après avoir été à nouveau surpris en train de fumer du crack. Des captures d'écran de vidéos embarrassantes ont été publiées sur internet par le Globe and Mail (en anglais), dont des journalistes disent avoir visionné les images, filmées à l'insu du maire.

Rob Ford va se rendre dans "un établissement qui aide les gens qui ont des problèmes de dépendances", a déclaré son avocat. Un chroniqueur du tabloïd Toronto Sun a pour sa part indiqué que le maire lui avait confié avoir l'intention de prendre une pause de trente jours pour "traiter ses problèmes".

Une nouvelle vidéo en vente sur le web

Le bouillant maire conservateur, très populaire dans les banlieues, aurait été filmé dans la nuit de vendredi à samedi en train de fumer du crack. Le dealer dit avoir tourné ces images dans le sous-sol du domicile de la sœur de Rob Ford et les vend pour "six chiffres" (au moins 100 000 dollars), a-t-il indiqué au Globe (en anglais). Selon le Toronto Sun, qui cite de son côté témoins et enregistrement sonore, Rob Ford a en outre été vu lundi soir "complètement bourré" et belliqueux dans un bar de la capitale économique canadienne.

Déjà privé par le conseil municipal de la majeure partie de ses attributions en raison de ses excès d'alcool et de drogues, Rob Ford reste tout de même candidat à sa réélection. Il a lancé en grande pompe, il y a moins de deux semaines, sa campagne électorale devant ses supporters de la "Ford Nation".