Fusillade d'Orlando : une femme rend hommage à sa meilleure amie, qui s'est sacrifiée pour sauver son fils

Brenda Lee était au Pulse le soir de la tuerie. Elle s'est interposée entre Omar Mateen et son fils.

Le club Pulse, à Orlando (Floride), le 13 juin 2016.
Le club Pulse, à Orlando (Floride), le 13 juin 2016. (JOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Elle dansait avec son fils Henderson au Pulse, dans la nuit du samedi 11 au dimanche 12 juin. Brenda Lee Marquez McCool, 49 ans, a reçu deux balles lors de la fusillade perpétrée par Omar Mateen dans cette boîte gay d'Orlando (Florida, Etats-Unis). "Cette mère de famille s'est interposée devant le tireur", décrit Le Parisien. Le journal a interrogée Noreen Vaquer, la meilleure amie de cette mère de famille héroïque.

Photo de profil de Brenda Lee, mère de famille décédée dans la fusillade d\'Orlando le 12 juin 2016.
Photo de profil de Brenda Lee, mère de famille décédée dans la fusillade d'Orlando le 12 juin 2016. (BRENDA LEE / FACEBOOK)

"Elle a tout affronté dans la vie"

Si elle a succombé le 12 juin, comme 48 autres personnes, son fils fait, lui, partie des rescapés. Et Noreen Vaquer, qui a décidé de lui rendre hommage, de décrire une "wonder mother" (une "super maman"). "Elle a tout affronté dans la vie. Les mauvais maris, ceux qui vous abandonnent, la solitude, les enfants qu'il lui fallait élever souvent toute seule, mais jamais elle ne se laissait abattre, raconte sa meilleure amie. Elle se réfugiait dans l'amour qu'elle avait pour ses enfants. C'était sa seule richesse et sa façon de survivre."

C'était une femme "lumineuse qui savait marcher droit" et une mère de onze enfants courageuse qui "multipliait les petits boulots à gauche à droite pour payer les fractures", d'après Noreen Vaquer. Originaire de Brooklyn, à New York, Brenda Lee n'a pas eu une vie facile, d'après son amie. "Après la mort de ses parents, elle a dû faire face à la maladie. Elle était épuisée par sa vie familiale et le chagrin. Elle a été traitée pour un double cancer du poumon et des os. Elle était méconnaissable. Ses yeux étaient creusés. Elle disait qu'elle était une miraculée", raconte Noreen Vaquer.

"Elle a fait face au tireur"

Dans le night-club d'Orlando, "elle a fait face au tireur", raconte son amie. "Elle savait qu'il tuait ceux qui fréquentait cette discothèque. Son fils était gay. Elle a compris que c'était lui qui était visé. Et comme elle s'est toujours sacrifiée, elle a choisi de le protéger", ajoute-t-elle.

Pour soutenir les enfants de Brenda Lee, Le Parisien raconte que l'un de ses fils, Farrell Marshall, a organisé une levée de fonds sur le site GoFundMe (en anglais). Quatre jours après le début de cette initiative, plus de 57 000 dollars (environ 50 000 euros) étaient réunis grâce à près de 2 000 donateurs. "Tout ce que je demande, c'est vos prières et tout ce que vous pouvez donner pour nous aider, mes frères et sœurs et moi, afin d'être capable de continuer ce qu'elle a laissé derrière elle. Vous serez toujours dans nos cœurs", écrit Farrell Marshall.