Boston, San Bernardino, Orlando : les États-Unis, cible d'attaques terroristes

La fusillade dans une discothèque d'Orlando, samedi 11 juin, rappelle d'autres attaques perpétrées sur le sol américain ces dernières années.

France 2

Dans la nuit du 11 au 12 juin, un homme, armé d'un fusil d'assaut, a tué au moins 50 personnes et en a blessé 53 autres dans une boîte de nuit d'Orlando. Fort Hood en 2009, Boston le 15 avril 2013, San Bernardino le 2 décembre dernier... À chaque fois, les États-Unis sont attaqués par des tireurs isolés radicalisés.

Le 5 novembre 2009, un psychiatre de l'armée américaine ouvre le feu sur la base militaire de Fort Hood, au Texas. Le bilan : 13 morts et une trentaine de blessés. Le tireur Nidal Malik Hasan est un Américain d'origine palestinienne. L'enquête prouvera qu'il échangeait régulièrement des emails avec un imam extrémiste du Yémen.

Apologie du jihad

Le 15 avril 2013, une double explosion retentit sur la ligne d'arrivée du marathon de Boston. On dénombre alors trois morts et 264 blessés. Les assaillants, les frères Tsarnaev, étaient deux étudiants musulmans d'origine tchétchène. Sur les réseaux sociaux, l'aîné partageait des vidéos faisant l'apologie du jihad.

Le 2 décembre 2015, un couple ouvre le  feu sur un centre social à San Bernardino, en Californie. Syed Farook et son épouse Tashfeen Malik ont fait 14 morts et 21 blessés. Tashfeen Malik avait prêté allégeance à l'État islamique.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des enquêteurs du FBI examinent le véhicule dans lequel les deux suspects de la tuerie de San Bernardino ont pris la fuite, le 3 décembre 2015, en Californie.
Des enquêteurs du FBI examinent le véhicule dans lequel les deux suspects de la tuerie de San Bernardino ont pris la fuite, le 3 décembre 2015, en Californie. (MIKE BLAKE / REUTERS)