États-Unis : quand les usines partent au Mexique

Plusieurs entreprises quittent le pays. C'est le cas de l'entreprise de biscuits Oreo qui part s'installer au Mexique.

FRANCE 2

C'est le biscuit préféré des familles américaines. Le fameux Oreo, est l'emblème du "made in USA" ou plutôt était. Les chaines de fabrication de l'usine Nabisco qui les fabrique vont partir au Mexique. 600 emplois américains vont disparaitre. La direction affirme qu'elle va ainsi économiser 44 millions d'euros par an. Les ouvriers de Chicago ont vite compris pourquoi, l'écart de salaire est énorme. "On gagne ici 22 euros de l'heure et avec le cout de la vie aux États-Unis, c'est le minimum pour survivre alors qu'au Mexique, les ouvriers gagnent en moyenne 1,20 euro de l'heure sans aucune protection sociale", explique un ouvrier.

Une localisation attractive

Il n'y a pas que les biscuits qui s'en vont au Mexique. Ford va déménager une usine d'assemblages de petites voitures citadines, 700 emplois sont menacés. Le géant du chauffage et de la climatisation Carrier, vient d'annoncer 14 000 licenciements. Ce n'est plus la Chine, mais le Mexique qui attire les entreprises. Sa proximité géographique avec les entreprises permet d'économiser les frais de transport. L'ouvrier mexicain coute 20 fois moins cher que l'ouvrier américain. Enfn le peso a perdu 30% de sa valeur par rapport au dollar, les produits "made in Mexico" sont donc extrêmement compétitifs. En 10 ans, les États-Unis ont perdu 50 000 usines.