Etats-Unis. Le laboratoire Novartis poursuivi pour corruption de médecins et de pharmaciens

Le groupe pharmaceutique suisse est soupçonné d'avoir versé des pots de vin à des médecins et des pharmaciens pour favoriser ses médicaments.

Le siège de Novartis, à Bâle, en Suisse.
Le siège de Novartis, à Bâle, en Suisse. (SEBASTIEN BOZON / AFP)

Le département américain de la Justice a annoncé, vendredi 26 avril, avoir porté plainte contre le laboratoire pharmaceutique Novartis. Le procureur fédéral accuse d'avoir le groupe suisse d'avoir corrompu des médecins. Mercredi déjà, le même département de la Justice avait déposé une première plainte contre Novartis,  soupçonné d'avoir monnayé le soutien de pharmaciens.

De quoi est accusé Novartis ?

D'après les informations du Wall Street Journal (en anglais), Novartis Pharmaceuticals est accusé d'avoir "versé des dessous-de-table et offert des dîners somptueux" à des médecins, pour les inciter à prescrire ses médicaments. Le quotidien américain précise que certains paiements étaient dissimulés en "honoraires versés aux médecins pour des conférences devant leurs confrères". Novartis est principalement accusé d'avoir payé des médecins pour des conférences sur le Lotrel et le Valturna (hypertension) ou le Starlix (diabète), lors d'événements qui n'étaient rien d'autre que des déplacements récréatifs.

Selon la plainte déposée par les autorités américaines mercredi, Novartis est aussi accusé d'avoir, depuis 2005, poussé une vingtaine de pharmacies "à orienter des milliers de patients ayant reçu une greffe" vers son produit, en proposant "des pots-de-vin sous forme de rabais et de promotions", selon les services du procureur général de New York. Le groupe aurait ainsi offert à un pharmacien de Los Angeles "un rabais 'bonus' équivalent à 5% de ses ventes annuels de Myfortic", soit l'équivalent de plusieurs centaines de milliers de dollars, pour l'aider à convaincre 700 à 1 000 patients de préférer le médicament conçu par Novartis à ses concurrents ou à des génériques.

Que répond Novartis ?

Novartis "réfuté les allegations", dans les deux affaires. "Nous avons hâte de présenter les faits devant un tribunal dans ces (deux) cas", a commenté une porte-parole de Novartis. Le groupe nie toute pratique illicites. Les rabais sont des pratiques courantes appropriées et légales dans l'industrie pharmaceutique, assure le laboratoire. Quant aux soupçons de corruption de médecins, Novartis défend "des programmes de promotions, destinés à informer les praticiens sur l'usage correct des médicaments", d'après le quotidien économique.

Que demande le gouvernement ?

Pour le département américain de la Justice, ces pratiques illégales auraient "conduit à des remboursements de l'ordre de dizaines de millions de dollars" par les programmes d'assurance-santé fédéraux destinés aux personnes âgées et aux plus démunis. La justice cherche à obtenir des dédommagements ainsi que des amendes.