Cet article date de plus d'onze ans.

Des soldats en uniforme dans une gaypride californienne

SAN DIEGO - Le Pentagone les a autorisés pour la première fois à défiler ce week-end, à San Diego.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Deux soldats américains s'embrassent dans une base de Hawaï le 22 février 2012.  (DAVID LEWIS / AP / SIPA)

Il est bien loin le temps du "Don't ask, don't tell". Le Pentagone a autorisé pour la première fois des soldats américains en uniforme à défiler samedi 21 juillet lors de la gaypride de San Diego (Californie, Etats-Unis). 

Cette décision reflète le changement radical de cette institution, qui pendant longtemps a exclu ses membres ouvertement homosexuels. La politique du "Ne demandez pas, n'en parlez pas", qui a prévalu pendant près de vingt ans sur la question de l'homosexualité dans les forces armées américaines, a pris fin en septembre 2011, marquant un véritable tournant dans la défense des droits des homosexuels. 

14 000 soldats homosexuels exclus

On estime à 14 000 le nombre de soldats exclus de l'armée à cause de cette loi, mise en place en 1993. Il est généralement interdit aux militaires américains de participer à des manifestations politiques ou commerciales, et ils doivent en référer au commandement local pour déterminer l'attitude convenable dans tel ou tel autre cas.

Le mois dernier, le Pentagone a organisé pour la première fois une cérémonie modeste mais pleine d'émotion à l'occasion de la gaypride, moins d'un an après que l'armée américaine a levé l'interdiction des soldats ouvertement homosexuels dans ses rangs.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.