Cet article date de plus de neuf ans.

Débat sur les armes à feu : une lettre empoisonnée envoyée à Obama

Après le maire de New-York et un lobby opposé aux armes à feu, la Maison Blanche a été le destinataire d'une lettre empoisonée à la ricine. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le maire de New York, Michael Bloomberg, le 30 mai 2013. (JOHN MINCHILLO / AP / SIPA)

La police américaine a intercepté une lettre destinée à la Maison Blanche et "semblable" à celles contenant de possibles traces de ricine, envoyées au maire de New York et à un lobby anti-armes dans la semaine. Les enquêteurs recherchent activement l'expéditeur. "Cette lettre a été remise au service antiterroriste du FBI aux fins d'analyse et d'enquête", a indiqué jeudi 30 mai le porte-parole du Secret Service, chargé de la protection de Barack Obama.

Mercredi, la police new-yorkaise a révélé que deux plis suspects avaient été envoyés au lobby "Mayors Against Illegal Guns" et au maire de New-York. L'expéditeur des lettres "menaçait le maire (Michael) Bloomberg, en faisant référence au débat sur la réglementation des armes" à feu, a idiqué le porte-parole de la police. Michael Bloomberg, que la lettre n'a jamais approché, est un milliardaire de 71 ans très impliqué dans la lutte contre les armes à feu. Il a dépensé des millions de sa fortune personnelle, pour soutenir des candidats favorables à une plus stricte réglementation des armes.

Une méthode déjà utilisée auparavant

D'après un porte-parole de la police de New York, "les premiers tests ont indiqué la présence de ricine" sur ces deux documents. La ricine est le poison le plus violent du règne végétal. Il peut être mortel, même en très petite quantité. Un dixième de grammes suffit pour tuer un homme de 100 kilos et il n'existe aucun d'antidote. Les deux missives, tapées sur un ordinateur, ont toutes les deux été envoyées de Louisiane (sud) et portent le tampon de la ville de Shreveport, daté du 20 mai.

Ce n'est pas la première fois que la Maison Blanche est le destinataire de courriers empoisonnés. Des lettres contenant de la ricine avaient été envoyées en avril au président Barack Obama et à un sénateur américain. Elles avaient été découvertes bien avant de parvenir à leurs destinataires. La révélation de ces envois, peu après le double attentat du marathon de Boston, avait provoqué un vif émoi aux Etats-Unis. Un suspect vivant dans le Mississippi (sud) a été interpellé. Par mesure de sécurité, le centre de tri postal de la Maison Blanche est situé en dehors de l'enceinte du complexe présidentiel.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Amériques

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.