Cet article date de plus de neuf ans.

Barack Obama fait ses courses de Noël au centre commercial

En plein blocage avec les républicains au Congrès, le président américain s'est offert une petite virée dans un centre commercial près de Washington.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le président américain, Barack Obama, achète un cadeau pour son chien, Bo, le 21 décembre 2011 à Alexandria, en Virginie (Etats-Unis). (JIM WATSON / AFP)

Rien de tel que de s'occuper de ses achats de Noël pour oublier, le temps de quelques minutes, l'âpreté des négociations sur la fiscalité avec les républicains. En plein blocage avec ses adversaires politiques au Congrès, Barack Obama s'est offert, mercredi 21 décembre, une petite virée dans un centre commercial d'Alexandria (Virginie), dans la région de Washington.

Arpentant les allées au milieu de ses compatriotes, le président des Etats-Unis a effectué quelques courses de Noël, accompagné de son chien Bo, et opportunément suivi de quelques journalistes. 

Posture de sérénité

Bo en laisse, le président a d'abord visité un magasin de produits pour animaux, achetant un jouet pour son chien. Puis il s'est rendu dans un magasin d'électronique, où il a payé avec sa propre carte de crédit un jeu vidéo Nintendo Wii et deux cartes iTunes. Détendu, vêtu d'une chemise dont il avait retroussé les manches, Barack Obama n'a pas résisté à la tentation d'un petit bain de foule, avant de poursuivre son escapade dans une pizzeria.

Une manière habile d'afficher une posture de sérénité pour le président, qui a retardé son départ pour Hawaï, afin d'exiger de ses adversaires républicains qu'ils prolongent des allègements fiscaux pour 160 millions de salariés, un dispositif expirant fin décembre. Son épouse, Michelle, et leurs deux filles, elles, se trouvent déjà dans l'archipel natal du président, qui y passe habituellement les fêtes de fin d'année. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Amériques

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.