Aux Etats-Unis, une recherche "cocotte-minute" sur internet peut vous attirer des ennuis

Une famille new-yorkaise a eu la visite des forces de police en raison de ses recherches internet.

La famille de Michele Catalano a eu la visite de la police anti-terroriste en raison de ses recherches internet.
La famille de Michele Catalano a eu la visite de la police anti-terroriste en raison de ses recherches internet. (LOIC VENANCE / AFP)

Certaines recherches internet peuvent vous causer quelques soucis aux Etats-Unis, avec des forces de police qu'on croirait sorties du film Minority Report. Il est par exemple déconseillé de taper "bombe-cocotte-minute" dans votre moteur de recherche. Une famille new-yorkaise en a fait la désagréable expérience, mercredi 31 juillet. La mère de famille, Michele Catalano, qui est aussi journaliste, l'a raconté jeudi 1er août, dans un post sur le site Medium.com (en anglais).

Visite surprise

Mercredi matin aux alentours de 9 heurs, alors que Michele Catalano est absente, son mari ouvre la porte à six hommes armés mais vêtus de manière décontractée, qui se présentent comme le groupe d'intervention de l'anti-terrorisme. Ces derniers demandent à fouiller la maison, ce qu'ils font furtivement. Puis ils commencent à mitrailler de questions l'époux de la journaliste, rapporte The Guardian (en anglais).

D'où vient-il ? D'où viennent ses parents ? Où est sa femme ? Où travaille-t-elle ? Où vivent les parents de sa femme ? Place ensuite aux questions sérieuses, notamment concernant la possession d'une bombe, puis d'une cocotte-minute. Les policiers demandent également au mari s'il a déjà recherché sur internet le mode d'emploi pour fabriquer une bombe. Enfin, ils lui assurent qu'il s'agit d'un contrôle de routine, et qu'ils effectuent une centaine de visited de ce genre chaque semaine, sans pour autant que cela débouche souvent sur une enquête sérieuse.

Une malheureuse combinaison de mots-clés

Michele Catalano a son explication concernant cette visite. Pour elle, il est évident que c'est la combinaison de différentes recherches familiales qui a attiré l'attention sur leur foyer. La mère de famille a comparé des cocottes-minutes sur Google, son mari a fait une recherche "sac à dos", alors que son fils s'est renseigné sur les attentats de Boston d'avril dernier. Prises une par une, ces recherches paraissent inoffensives. Mais réunies, elles transforment la famille de Michele Catalano en suspects pour l'anti-terrorisme, surtout parce que les frères Tsarnaev avaient utilisé des bombes réalisées à l'aide de cocottes-minutes pour leurs attentats.

Nouvelle affaire d'espionnage, alors que les révélations d'Edward Snowden sur le programme américain Prism ont provoqué des manifestations de protestation dans le pays ?

La police du comté de Suffolk a elle fourni une toute autre explication, dans un communiqué relayé par le site The Atlantic Wire (en anglais). Elle explique avoir répondu à un signalement de l'ancien employeur du mari de la journaliste américaine, qui avait repéré des recherches étranges dans l'ordinateur de son employé. Ce dernier aurait tapé "bombe-cocotte-minute" et "sac à dos" dans Google. Une version non démentie par la famille Catalano.