Argentine : la vice-présidente Cristina Kirchner condamnée à six ans de prison et inéligible à vie

Celle qui fut présidente du pays entre 2007 et 2015 a été reconnue coupable "d'administration frauduleuse" au préjudice de l'Etat, dans le cadre d'un procès portant sur des attributions de marchés publics dans son fief politique de Santa Cruz, en Patagonie.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La vice-présidente argentine, Cristina Kirchner, le 10 août 2022, lors d’une session publique du Sénat au Congrès argentin à Buenos Aires. (JUAN MABROMATA / AFP)

La vice-présidente argentine, Cristina Kirchner, a été condamnée, mardi 6 décembre, à six ans de prison, même si son immunité parlementaire l'en préserve, et à une inéligibilité à vie, dans un procès pour fraude et corruption durant ses mandats présidentiels de 2007 à 2015.

Cristina Kirchner, 69 ans, a été reconnue coupable "d'administration frauduleuse" au préjudice de l'Etat, dans ce procès portant sur des attributions de marchés publics dans son fief politique de Santa Cruz, en Patagonie (Sud), alors qu'elle était cheffe de l'Etat (2007-2015). Douze ans de prison avaient été requis contre celle qui a toujours nié toute malversation et dénoncé un procès "politique".

Dans son réquisitoire en août dernier, le procureur Diego Luciani avait dénoncé "un authentique système de corruption institutionnel". L'autre représentant du ministère public, Sergio Mola, a lui évoqué "des irrégularités systématiques dans 51 appels d’offres sur douze ans".

"Je ne serai candidate à rien. Ni sénatrice, ni vice-présidente, ni présidente," a réagi Cristina Kirchner dans une allocation vidéo diffusée sur ses comptes sociaux peu après le jugement. Si elle ne se présentait à aucun mandat aux élections générales d'octobre 2023, elle perdrait de facto son immunité parlementaire. Mais des recours, qui prendront prendre plusieurs années, devraient lui épargner la prison.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Amériques

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.