Affaire Versini : Valérie Trierweiler fait pression sur François Hollande en pleine visite au Mexique

L'ex-Première dame française a apporté son soutien à une mère séparée de ses enfants par leur père mexicain.

L\'ex-Première dame Valérie Trierweiler à Bombay (Inde), le 27 janvier 2014.
L'ex-Première dame Valérie Trierweiler à Bombay (Inde), le 27 janvier 2014. (INDRANIL MUKHERJEE / AFP)

"Aidons-la." L'ex-Première dame française, Valérie Trierweiler, est intervenue sur Twitter pour soutenir une femme séparée de ses enfants retenus par leur père au Mexique, au moment où le président français, François Hollande, se trouve en visite dans ce pays d'Amérique latine. Il doit rencontrer, jeudi 10 avril à Mexico, son homologue mexicain, Enrique Pena Nieto.

"@FranceDiplo doit agir", a écrit l'ancienne Première dame dans un tweet de soutien.

Cette mère française, Maude Versini, est en conflit depuis décembre 2011 avec son ancien mari et ex-gouverneur de Mexico. Elle l'accuse d'avoir enlevé ses trois enfants au Mexique et de l'empêcher de les voir.

"Valérie Trierweiler m'a beaucoup aidée"

L'implication de l'ancienne compagne de François Hollande dans ce dossier n'est pas récente. "Je suis très contente du soutien de Valérie Trierweiler, il m'est précieux", a déclaré à la radio Europe 1 Maude Versini. "Je me bats contre mon ex-mari Arturo Montiel, qui a été gouverneur de l'Etat de Mexico, immensément puissant et parrain politique du président actuel du Mexique", a poursuivi Maude Versini. "Il a été classé dans Forbes comme le 7e homme le plus corrompu d'Amérique latine : il n'hésite pas à user de toutes ses influences, à acheter des juges, il n'a peur de rien et se sent au-dessus des lois."

"Valérie Trierweiler m'a beaucoup aidée, elle m'a reçue à deux reprises à l'Elysée", a souligné Maude Versini. "Elle était très sensible à cette affaire, elle m'avait dit à l'époque qu'elle essaierait de partir avec François Hollande au Mexique pour ce voyage". "J'ai vraiment espoir que ce voyage soit pour moi la solution, et que François Hollande me ramènera mes enfants !", a dit Maude Versini, en accusant les magistrats mexicains de lui avoir "interdit un droit de visite". "J'estime que mes droits sont violés, la convention de La Haye bafouée", a-t-elle dit. "Ce n'est plus du tout une affaire privée !"