Cet article date de plus d'onze ans.

A Washington, même le parti nazi a son lobbyiste

John Bowles, qui représente le parti nazi américain, s'est enregistré mardi auprès du Congrès. Il entend défendre les intérêts de son parti aurpès des élus.

Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Un membre du parti nazi américain lors d'une réunion publique du mouvement au parc national de Valley Forge en Pennsylvannie (Etats-Unis), le 25 septembre 2004. (WILLIAM THOMAS CAIN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

John Bowles, 55 ans, veut parler "accès au vote" et "droits politiques" aux élus américains. Enregistré auprès du Congrès depuis mardi 11 avril, c'est un lobbyiste comme les autres. Enfin presque : il représente le Parti nazi américain (ANP).

Fondé après la deuxième guerre mondiale, le Parti nazi américain est un mouvement qui croit en la suprématie des blancs et tient meeting en certains points du pays, Caroline du Sud et Pennsylvannie notamment. "Vous savez, les parlementaires ont toujours dit au peuple américain qu'ils étaient ouverts aux points de vue différents", a expliqué Bowles au journal The Hill (article en anglais), spécialisé dans l'actualité du Parlement américain. "Je vais voir s'ils étaient sincères à ce propos, ou je vais tester leur bluff".

John Bowles admet que certains élus pourraient être réticents à le rencontrer, mais pense que d'autres seront intéressés. Il souhaite notamment militer pour que les représentants de l'ANP puissent plus facilement prétendre à des mandats électoraux.

Le national socialisme, trop peu connu pour Bowls

L'apprenti lobbyiste, jusqu'ici conseiller politique de l'ANP, n'est pas un novice en politique : selon US News, il était candidat à l'élection présidentielle de 2008 sous les couleurs d'un autre parti... le mouvement national-socialiste (le national-socialisme est le nom officiel du nazisme).

D'après The Hill, Bowles explique avoir changé d'étiquette car "les gens ne comprennent pas bien ce qu'est le (national) socialisme, mais le nazisme, lui est bien connu". "A l'avenir, quand les gens arrivent au bureau de vote et voient la croix gammée, ils sauront ce pour quoi ils peuvent voter".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.