Cet article date de plus de neuf ans.

AirAsia : l'épave a été détectée par sonar au fond de la mer de Java

Un objet sombre de grande dimension a été repéré par 30 à 50 mètres de fond, mais les mauvaises conditions météo empêchent les plongeurs d'entrer en action. Les recherches sont suspendues, en attendant une éclaircie.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
  (Un hélicoptère américain et un navire indonésien patrouillent en mer de Java © REUTERS/U.S. Navy)

Des creux de deux à trois mètres, la pluie, le vent : les opérations de recherche sont à l'arrêt, en mer de Java. Pourtant, le sonar a réussi à accrocher ce qui semble bien être le fuselage de l'Airbus A320-200 d'AirAsia : un responsable des secours indonésiens parle d'une forme sombre de grande dimension, repérée par 30 à 50 mètres de fond. La confirmation ne pourra être officielle que lorsque les plongeurs seront descendus... En attendant une éclaircie, donc.

D'ici là, des centaines de personnes, secouristes, militaires et policiers, rongent leur frein. Une trentaine de bateaux, et 21 avions, ont été mis à disposition par l'Indonésie, l'Australie, la Malaisie, Singapour, la Corée du Sud et les Etats-Unis.

L'enjeu, c'est maintenant de récupérer les boîtes noires de l'appareil, dont l'examen doit déterminer précisément les causes de l'accident. 

Mercredi matin, trois nouveaux corps ont été repêchés - trois premiers corps avaient été récupérés mardi. "Dès que le ciel sera dégagé, les corps seront transportés à Pangkalan Bun" , explique le directeur des opérations de recherches et de secours, Bambang Soelistyo.

Plusieurs pièces de l'appareil ont également été retrouvées, dont une porte de l'Airbus. Si les débris sont groupés, cela signifie sans doute que l'avion s'est désintégré au contact avec la surface de l'eau.

A Paris, une enquête pour homicide involontaire a été ouvere. L'objectif c'est de faire la lumière sur les causes du crash. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.