Cet article date de plus de six ans.

Air Asia : l'avion a décroché après une montée à une vitesse "anormale"

Le ministre indonésien des Transports a détaillé mardi les derniers mouvements de l’appareil d’AirAsia avant son crash en mer de Java, le 28 décembre. Une montée de l’avion à une vitesse très rapide et « anormale » a été évoquée.
Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
 (La queue de l'avion d'Air Asia a été récupérée la semaine dernière par les plongeurs  © MaxPPP)

Les autorités indonésiennes ont décrit mardi les derniers mouvements de l’avion d’AirAsia qui s’est abimé en mer de java, le 28 décembre dernier, avec 162 personnes à bord. Selon le ministre des Transports à Jakarta, l’Airbus est monté à une vitesse "anormale" et il a ensuite "décroché" avant de tomber. La cause de l’accident reste toutefois mystérieuse, dans l’attente de l’examen des boîtes noires.

 

Le ministre des Transports a cité des données radar pour appuyer les dernières minutes du vol QZ8501 d’AirAsia, en évoquant un franchissement de la vitesse limite de l’avion. L’appareil, selon ces mesures, aurait pris de l’altitude à une vitesse inhabituelle. Il est question de 6.000 pieds par minute, soit 2.000 mètres par minute. Une rapidité de progression rare, même pour un avion de combat, a précisé le ministre, ajoutant que l’avion avait ensuite décroché.

L'acte terroriste écarté par les enquêteurs 

 

En dehors de la description des derniers instants du vol, aucune explication n’a été donnée sur les causes du crash. Les enquêteurs disposent des boîtes noires de l’appareil. L’une a enregistré les conversations entre les pilotes et les contrôleurs aériens. Ces discussions ont été écoutés par les enquêteurs, ce qui leur a permis d’évacuer officiellement l’un éventuel acte terroriste. Mais ils n’ont donné aucune précision. Le second enregistreur repêché le 12 janvier contient tous les paramètres du vol, notamment son altitude et sa vitesse, mais le ministre des Transports n’y a pas fait allusion ce mardi.

Parmi les victimes, se trouvait un Français, le copilote français Rémi Plesel. Sa famille a demandé mardi la désignation d’un juge d’instruction français. Selon son avocat, elle ne sait pas à ce jour, si le corps du copilote a été retrouvé.   

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.