Présidentielle en Tunisie : le second tour opposera Essebsi à Marzouki

Le favori du scrutin est arrivé en tête, avant un second tour prévu pour fin décembre.

Le candidat à la présidentielle tunisienne, Béji Caïd Essebsi, quitte le bureau de vote, à Tunis, dimanche 23 novembre 2014. 
Le candidat à la présidentielle tunisienne, Béji Caïd Essebsi, quitte le bureau de vote, à Tunis, dimanche 23 novembre 2014.  (MOHAMED HAMMI / SIPA)

Il était le grand favori du scrutin. Béji Caïd Essebsi a obtenu 39,46% des voix au premier tour de l'élection présidentielle en Tunisie, devant Moncef Marzouki qui a obtenu 33,4% des suffrages.

Les résultats ont été annoncés mardi 25 novembre par l'instance supérieure indépendante pour les élections. Le second tour aura donc lieu, la date initiale étant le 28 décembre. Mais la date réelle dépendra des recours déposés, a indiqué le président de l'instance électorale, Chafik Sarsar, lors d'une conférence de presse.

Hamma Hammami, figure de proue de la gauche, arrive troisième avec 7,82% des voix, suivi par l'entrepreneur de tendance islamiste habitant à Londres Hechmi Hamdi (5,75%) et le richissime homme d'affaires et président de club de football Slim Riahi (5,55%).

Essebsi, leader des opposants aux conservateurs islamistes

Chef du parti Nidaa Tounès, qui regroupe des opposants aux conservateurs islamistes, Béji Caïd Essebsi avait annoncé son avance à l'issue du premier tour du dimanche 23 novembre. Les partisans de "BCE" espéraient même un score dépassant la majorité absolue. Mais malgré une large avance sur ses rivaux, il devra donc passer par un second tour face à Moncef Marzouki, qui assurait le rôle de président de transition après la chute du régime de Ben Ali.

Monsef Marzouki, président sortant et candidat, avait été élu fin 2011 par l'Assemblée nationale constituante à la faveur d'un accord de coalition avec les islamistes d'Ennahda, alors majoritaires.