Depuis 2013, plus de 12 000 Tunisiens ont été empêchés de rejoindre les jihadistes à l'étranger

Selon les autorités tunisiennes 2 000 à 3 000 combattants sont parvenus à rejoindre les rangs des jhadistes.

Poste frontière de Ras Jedir, à la frontière entre la Tunisie et la Libye, le 14 décembre 2014.
Poste frontière de Ras Jedir, à la frontière entre la Tunisie et la Libye, le 14 décembre 2014. (FATHI NASRI / ANADOLU AGENCY / AFP)

Le nombre fait froid dans le dos. Moins d'un mois après l'attentat sanglant du musée du Bardo, les autorités tunisiennes ont révélé, vendredi 17 avril, avoir empêché plus de 12 000 Tunisiens de rejoindre les rangs des jihadistes à l'étranger depuis mars 2013, a déclaré le ministre de l'Intérieur Najem Gharsalli.

Entre 2 000 et 3 000 sont parvenus à quitter le pays

M. Gharsalli s'exprimait devant une commission parlementaire lors d'une audition consacrée à l'examen du projet de loi antiterroriste. Il a également précisé qu'entre 2 000 et 3 000 Tunisiens étaient parvenus à quitter le pays pour rejoindre les rangs des jihadistes. 

M. Gharsalli a également affirmé qu'un millier de personnes avaient été déférées devant la justice pendant le seul premier trimestre 2015 pour avoir "rejoint une organisation terroriste", sans toutefois préciser combien d'entre elles restaient en détention et si elles avaient été inculpées.