Attentat à Tunis : un coup dur pour le tourisme

Le secteur du tourisme tunisien craint une nouvelle désertion des touristes après l'attentat du musée du Bardo.

FRANCE 2
Après l'attentat du musée du Bardo à Tunis, les Tunisiens sont inquiets pour le secteur tourisme, déterminant pour l'économie tunisienne. Sur la côte, à Hammamet, hôteliers, restaurateurs, redoutent que cette zone soit à nouveau désertée. Hammamet est l'une des stations balnéaires les plus prisées du pays, et les petits artisans de la médina espèrent qu'elle demeurera ainsi. "On a nos militaires, notre police qui travaille bien, on est avec eux, et on n’a pas peur. On a été solidaire avec la France, Charlie Hebdo, et eux ils vont venir nous soutenir. On est tous Bardo", confie au micro de France 2, un artisan tunisien.

Le tourisme : 7% de la richesse nationale

Au fond, beaucoup de Tunisiens craignent que l'image de leur pays soit une nouvelle fois écornée. "Depuis la révolution de 2011, le nombre de touristes français a été divisé par deux en Tunisie et les évènements de cette semaine ne risquent pas d'inverser cette tendance", explique l'envoyé spécial de France 2 à Hammamet, Arnaud Comte.
Dans les grands hôtels de bords de mer, il y a bien eu des annulations de dernière minute cette semaine, mais rien d'insurmontable pour le moment estiment les gérants. En Tunisie, le tourisme produit 7% de la richesse nationale, un trésor que les autorités entendent défendre.
 
Le JT
Les autres sujets du JT
Des fleurs déposées dans une flaque de sang devant le musée du Bardo, le 19 mars 2015, à Tunis (Tunisie), après l\'attaque terroriste qui a fait 21 morts.
Des fleurs déposées dans une flaque de sang devant le musée du Bardo, le 19 mars 2015, à Tunis (Tunisie), après l'attaque terroriste qui a fait 21 morts. (FADEL SENNA / AFP)