Conflit au Soudan : des Français racontent leur évacuation périlleuse

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min
Alors que le conflit fait rage dans la capitale du Soudan, les Français ont commencé à être rapatriés. Une opération périlleuse sous les tirs, racontée par certains d'entre eux. -
Soudan : Les Français raconte leur évacuation Alors que le conflit fait rage dans la capitale du Soudan, les Français ont commencé à être rapatriés. Une opération périlleuse sous les tirs, racontée par certains d'entre eux. - (FRANCE 2)
Article rédigé par France 2 - M.Burgot, M.de Chalvron, G. Messina, @Revelateursftv, B.Bervas
France Télévisions
France 2
Alors que le conflit fait rage dans la capitale du Soudan, les Français ont commencé à être rapatriés. Une opération périlleuse sous les tirs, racontée par certains d'entre eux.

Des Français soulagés ont débarqué lundi 24 avril au matin à Djibouti sur une base militaire française. Ils viennent de fuir Khartoum, la capitale du Soudan, en plein conflit armé. 196 Français ont été sauvés et l'ambassade de France a été fermée jusqu'à nouvel ordre. Un chef d'entreprise fait partie des Français qui ont eu la chance d'être rapatriés. Il explique qu'il a tenté à plusieurs reprises de quitter sa maison. "On n'a pas pu parce qu'il y avait des tirs dans le quartier, on les entendait en sortant la tête quand on voulait sortir. On s'est dit qu'on ne pouvait pas. Il y a pleins de gens qui se sont retrouvés dans notre situation, qui se sont retrouvés bloqués", raconte-t-il.

Des tirs pendant le convoi 

"Certains ont essayé de partir et ont vu des gens être abattus devant eux, d'autres ont eu peur parce qu'avec la nuit tombante, il ne faut pas sortir, c'est trop dangereux". Il a finalement pris la route vers un point de ralliement indiqué par l'ambassade. Mais le convoi a été pris par des échanges de tir. "Il y a eu tirs, ripostes, deux blessés chez nous dont un qui était assez grave", ajoute-t-il. Un cinquième et dernier vol d'évacuation de Français est prévu ce lundi soir. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.