Yennayer 2971 : les Berbères fêtent le jour de l'An du calendrier amazigh

Célébré selon les pays d'Afrique du Nord le 12 ou le 13 janvier, Yennayer est le premier jour du calendrier julien, utilisé depuis l'Antiquité romaine par les Imazighen (Berbères). 

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Ces femmes berbères de Kabylie célèbrent Yennayer, le nouvel An amazigh, près de Tizi-Ouzou, le 12 janvier 2020. ((Photo by Billal Bensalem/NurPhoto))

Yennayer, le jour de l'An amazigh, est célébré en Afrique du Nord depuis l'antiquité par des rituels relatifs au travail de la terre. Aujourd’hui encore, il marque le premier jour du calendrier agraire. Il détermine la fin des labours et marque le milieu du cycle humide.

Selon le calendrier julien

Présents de l'Egypte au Maroc et dans toute la zone sahélienne, les Berbères sont des populations qui étaient présentes avant la conquête arabe. Ils se nomment eux-mêmes les Imazighen, pluriel de Amazigh, qui signifie "homme libre" dans leur langue, le tamazight.

Yennayer correspond au premier jour de janvier du calendrier julien, un calendrier solaire utilisé dans la Rome antique, introduit par Jules César en 46 av. J.-C. Il a été employé en Europe jusqu'à son remplacement par le calendrier grégorien à la fin du XVIᵉ siècle.

Le calendrier julien est aujourd'hui en décalage de 13 jours par rapport au calendrier grégorien. Yennayer devrait donc être fêté le 13 janvier, mais est le plus souvent célébré le 12, probablement car la fête commençait la veille ou en raison d’une erreur des associations culturelles ayant prôné le retour de cette fête.

Une province de Rome

N’oublions pas que l’Afrique du Nord a été une province de l’empire Romain. A partir du milieu du IIe siècle av. J.-C., après la destruction de leurs rivaux carthaginois, les Romains s'installent lentement en Afrique du Nord. Et apportent leur architecture et leur calendrier.

De nombreuses villes romaines en Afrique du Nord témoignent de cette présence : Volubilis au Maroc, Timgad, Lambèse, Caesarea , Tebessa, Hippone (Annaba) en Algérie, Ammaedara (Haïdra), Hadrumète (Sousse), Althiburos (Medeina), Thysdrus (El Djem) en Tunisie.

Mais pourquoi 2971 ? C'est le militant et écrivain berbériste Ammar Negadi, créateur en 1980 du calendrier berbère, qui propose de le faire partir du pharaon Chechnaq, le premier roi égyptien d'origine berbère.

Ce calendrier berbère part d’un fait historique incontestable pour en faire le point zéro du calendrier. Son choix s’est donc porté sur l’an 950 av. J.-C. qui correspond à la date où le roi berbère Sheshonq Ier, orthographié également Chichnaq ou Chechnaq, fut intronisé pharaon d’Egypte et fonda la XXIIe dynastie qui régna sur l'Egypte jusqu’à l’an 715 av. J.-C.

Jour férié en Algérie

Yennayer est une fête traditionnelle répandue à travers toutes les régions du Maroc et de l'Algérie, où elle est considérée comme une célébration nationale. C’est même devenu un jour férié, chômé et payé depuis le 12 janvier 2018 en Algérie. Une reconnaissance officielle par le pouvoir algérien. Le pays compte dix millions de Berbérophones, soit environ un quart de la population. De longue date, ces derniers luttent pour des revendications identitaires, longtemps niées par l'Etat qui s'est construit autour de l'arabité.

Durant cette journée de fête, les familles partagent traditionnellement un repas copieux à base de légumes secs, de couscous avec de la volaille pour symboliser l’abondance de l’année qui s’ouvre. Les plus aisés sacrifient une volaille par membre de la famille. Yennayer nécessite des préparatifs préalables. Dans les Aurès et en Kabylie, la veille, la maison est méticuleusement nettoyée et embaumée à l’aide de diverses herbes et branches de pins.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société africaine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.