Ils sauvent la planète : les arbres du Sénégal contre l'avancée de la mer

Comment se prémunir de la montée des eaux ? C’est un problème mondial. Au Sénégal, les autorités ont peut-être trouvé la parade : des arbres ont été plantés pour bâtir une barrière naturelle. Les résultats sont spectaculaires. 

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Au Sénégal, dans la région des Niayes, la forêt en bord de mer semble être présente depuis une éternité. Pourtant, ces arbres qui relient les villes de Dakar et Saint-Louis sur 180 km de côtes sont sortis de terre en 50 ans à peine. "C’est une fierté pour nous. Avant ici, il n’y avait que du sable blanc qui ensevelissait les cuvettes maraichères, qui empêchait la vie" confirme Mamadou Ndiaye, de l’Union Maraîchère des Niayes. Cette barrière naturelle érigée par l’homme est née sur initiative de l’État pour ralentir l’avancée du sable.

"Pour nous c’est un or"

L’arbre utilisé, le filao, n’a pas été choisi par hasard. "C’est le seul arbre qui réussit aujourd’hui en bordure de mer. En plus de cela, c’est une espèce qui résiste à la sécheresse, qui est peu exigeante en eau. Pour nous c’est un or" poursuit Mamadou Ndiaye. Sans cette nouvelle barrière, cette région au Nord de Dakar était menacée de disparaître : un village avait déjà été enseveli.

Le JT
Les autres sujets du JT
Sénégal.
Sénégal. (FRANCE 2)