Grippe aviaire en Algérie :  2 000 oiseaux abattus

51 000 volailles ont été décimées par la grippe entre les 17 et 21 janvier. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Poules mangeant du grain dans des silos, France, 23 avril 2020.  (XEUHMA / HANS LUCAS)

Les autorités algériennes ont indiqué, mardi 9 février, que la souche H5N8 de la grippe aviaire avait été détectée dans l'est du pays, annonçant des mesures pour éviter sa propagation dont l'abattage de 2 000 oiseaux. Selon le ministre de l'Agriculture Abdelhamid Hamdani, cité par l'agence APS, des spécialistes ont fait savoir que des oiseaux migrateurs étaient à l'origine de ce foyer à Ain Fakroune, dans la wilaya (préfecture) d'Oum El Bouaghi. "Il s'agit d’un élevage de poules pondeuses de 29 semaines ayant présenté des signes cliniques évocateurs de la grippe aviaire", précise l'Organisation mondiale de la santé animale, citée par El Watan. Le quotidien note que c'est le premier foyer de la grippe aviaire (H5N8) enregistré en Algérie depuis l’apparition de l'épizootie dans le monde.

Oiseaux migrateurs

Les services vétérinaires et la Direction générale des forêts ont mis en place un système de surveillance dans le pays, qui restera en vigueur jusqu'à la remontée des oiseaux migrateurs vers les pays du Nord. Cette souche est mortelle pour les oiseaux, mais aucun cas de transmission à l'homme n'a été rapporté. Selon Mouloud Boudjerda, directeur des services agricoles de la commune concernée, 51 000 volailles issues d'un élevage privé ont été décimées par la grippe entre les 17 et 21 janvier.

"Une grande opération de désinfection a été effectuée et le foyer de la maladie est considéré comme éteint. Une prospection des élevages des alentours de l'exploitation touchée n'a révélé aucun autre foyer"

Ministère algérien de l'Agriculture

dans un communiqué

Les autorités se veulent prudentes. "Néanmoins, une instruction a été transmise à l'ensemble des inspections vétérinaires des 48 wilayas (préfectures) du pays afin de continuer les prospections en vue de rechercher d'éventuels symptômes de la maladie", selon le texte. Le ministère de l'Agriculture, cité par APS, rappelle que chaque année, "dès le début de la migration des oiseaux sauvages des pays du Nord vers les pays du Sud, un dispositif de surveillance actif pour la recherche de l’influenza aviaire est mis en place par les services vétérinaires et forestiers".

Le virus de la grippe aviaire sévit actuellement dans plusieurs pays européens, dont la France, où des millions d'animaux ont été abattus pour arrêter sa progression.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.