Coronavirus : le Maroc n’exclut plus un reconfinement total

Le Maroc enregistre des records de contaminations depuis plusieurs jours. Le chef du gouvernement, Saad Dine El Otmani, envisage l’option d’un reconfinement général si la pandémie devient "incontrôlable".

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un employé municipal désinfecte devant une maison dans la ville portuaire de Safi, dans le sud du pays, le 9 juin 2020. (FADEL SENNA / AFP)

Les chiffres restent désespérément alarmants. Le dernier bulletin émis par le ministère de la Santé fait état d’un nouveau record : 4 495 nouveaux cas de Covid-19 et 74 cas décès, ces dernières 24 heures. Les (mauvais) records s’enchaînent inexorablement. Interrogé sur l’éventualité d’un reconfinement total, le chef du gouvernement marocain n’exclut plus cette option si la pandémie devient "incontrôlable". 

Aucun d'entre nous, responsables ou citoyens, ne souhaite retourner au confinement total, au vu de ses répercussions sociales, économiques et psychologiques, mais il reste une option éventuelle si jamais la situation épidémiologique devient incontrôlable

Saâd Eddine El Othmani, chef du gouvernement

MAP

Les autorités doivent aussi faire face à une crise économique sans précédent. Selon le Haut-commissariat au Plan, l’économie marocaine a perdu près de 600 000 emplois entre le troisième trimestre 2019 et la même période de 2020 contre 143 000 créés. Le nombre de chômeurs s'est envolé de 33%, passant de 1,11 million de personnes à 1,48 million, soit 368 000 chômeurs de plus en un an, principalement en milieu urbain (276 000). 

La situation sanitaire ne cesse de se dégrader. La courbe épidémique est inexorablement ascendante, particulièrement depuis l'été dernier, selon le rapport du ministère de la Santé (lien en arabe et français). La région de Casablanca-Settat est la plus touchée par la pandémie. Elle enregistre, à elle seule, près de la moitié des cas confirmés et des décès. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.