CAN 2019 : la foule algérienne redescend dans la rue... mais pour le foot!

La foule est descendue dans les rues d'Alger le 7 juillet au soir. Mais cette fois, ce n'était pas politique, mais pour célébrer la qualication des Fennecs pour les quarts de finale de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) 2019.

La joie des footballeurs algériens au Caire le 7 juillet au soir, après leur qualification pour les quarts de finale de la CAN 2019.
La joie des footballeurs algériens au Caire le 7 juillet au soir, après leur qualification pour les quarts de finale de la CAN 2019. (KHALED DESOUKI / AFP)

L’équipe algérienne de football s’est qualifiée dimanche 7 juillet pour les quarts de finale de la CAN-2019 en Egypte (21 juin-19 juillet), en battant la Guinée 3-0. Après le coup de sifflet final, des centaines de supporters sont descendus dans les rues d'Alger pour célébrer cette victoire.

Une manifestation spontanée, qui diffère des défilés qui se succèdent depuis plusieurs mois contre le régime.

Dans la presse algérienne, pour la première fois depuis longtemps, les gros titres ont été réservés à cette qualification, renvoyant les informations sur la situation politique au second rang. Ainsi la Liberté Algérie fait sa Une sur la Démonstration de force des Algériens" et en plus petit, Le régime s’enlise dans ses contradictions.

La Une de El Watan le 8 juillet 2019
La Une de El Watan le 8 juillet 2019 (El Watan)

El Watan, en revanche titre sur Djamel Ould Abbès placé en détention,  plaçant en dessous la victoire algérienne Les verts déroulent et filent vers les quarts

Sur les réseaux sociaux, c'est le fameux "One two three, viva l'Algérie" qui triomphe... Un slogan aux origines inconnues qui brille par sa rime...

Selon un article publié dans Le Figaro, ce slogan viendrait d'un autre, issu de la guerre d'indépendance. "Alors que l'Algérie est encore une colonie française dans les années 50, des indépendantistes ont adopté un slogan pour se faire entendre des médias internationaux : 'We want to be free !' (Nous voulons être libres !) Mais ces quelques mots prononcés un peu maladroitement parfois se seraient alors transformés au fil des mois en 'Want to free, Viva l'Algérie', puis en 'One, two, three'"… 

Il n'y a pas qu'en Algérie que cette victoire a été célébrée. Dans les grandes villes françaises de nombreux jeunes sont descendus dans les rues.