Sénégal : face à la flambée de violence dans le pays, l'ONU se dit "très préoccupée" et appelle à la désescalade

La capitale, Dakar, a été le théâtre vendredi de scènes de guérilla urbaine opposant les forces de l'ordre à des centaines de jeunes.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les forces de l'ordre font face à des centaines de manifestants à Dakar (Sénégal), le 5 mars 2021. (JOHN WESSELS / AFP)

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, "est très préoccupé par la violence récente vue à Dakar et ailleurs au Sénégal [qui] a suivi l'arrestation d'un dirigeant de l'opposition", a déclaré vendredi 5 mars son porte-parole, Stéphane Dujarric. La capitale sénégalaise a en effet été le théâtre de scènes de guérilla urbaine opposant les forces de l'ordre à des centaines de jeunes, deux jours après l'arrestation de l'opposant Ousmane Sonko, dont la garde à vue a été prolongée. Les affrontements ont fait quatre morts, selon le gouvernement.

Antonio Guterres "appelle toutes les parties au Sénégal à éviter une escalade de la situation", a ajouté son porte-parole lors d'un point-presse quotidien. "Les manifestations doivent rester pacifiques et les forces de sécurité et de police doivent agir tout le temps en accord avec les droits humains internationaux", à savoir "permettre à ces manifestants d'exprimer leur opinion et volonté", a aussi affirmé Stéphane Dujarric.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.