"Au Sénégal, les homosexuels sont considérés comme des animaux", témoigne un défenseur des droits LGBT

Une manifestation est organisée dimanche à Dakar pour demander à ce que l'homosexualité, déjà considérée comme un délit dans le pays, devienne un crime.

Article rédigé par
Nathanaël Charbonnier - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Djamil Bangoura, président de l’association sénégalaise Prudence, qui vient en aide aux personnes LGBT. (NATHANAEL CHARBONNIER / RADIO FRANCE)

C’est une manifestation d’un autre âge qui se tient dimanche 23 mai à Dakar. Un collectif soutenu par le rassemblement islamique du Sénégal entend demander que l’homosexualité soit criminalisée dans le pays. Défilés, signature de pétitions, pression sur les politiques... Les organisateurs souhaitent que les relations entre personnes de même sexe ne soit plus seulement un délit, mais deviennent un crime, avec une peine de prison qui passerait de cinq à dix ans. Au Sénégal, l’homosexualité est considérée comme un acte contre-nature et les personnes LGBT, victimes d’agressions, doivent se cacher.

"Ce sont des personnes à abattre"

Pour rencontrer Djamil Bangoura, président de l’association Prudence, qui défend les droits et la santé des personnes LGBT, il faut quitter Dakar pour une petite ville du pays. Au Sénégal, dit-il,"les homosexuels sont considérés comme des animaux qui n'ont pas le droit de vivre, qui n'ont pas le droit d'être dans la société sénégalaise. Ce sont des personnes à abattre."

Djamil sait de quoi il parle, sa vie est faite d’insultes. On le traite de "goorjigéen", un "homme femme" en wolof, mais il est surtout une cible. Le militant homosexuel a été victime de pas moins de sept agressions, dont la dernière lui a laissé une cicatrice sur le ventre : "Selon le médecin, j'ai eu de la chance mais, vous voyez, c'était profond." Djamil évite de prendre les transports en commun, de se rendre dans des lieux publics, "pour être à l'abri de certaines problématiques", résume-t-il avec pudeur.

Un appel à la communauté internationale

Être gay au Sénégal, c’est prendre le risque d’être dénoncé à tout moment, mais c’est surtout servir de bouc émissaire. Le président de l’association Prudence résume ainsi les arguments de ses opposants : "Dieu va se fâcher contre nous, Dieu va maudir le Sénégal, Dieu va détruire les gens et la pauvreté, les maladies, tout cela, c'est parce qu'on pratique l'homosexualité."

Malgré les menaces et les attaques, Djamil Bangoura se tient droit debout et témoigne, car il croit encore que tout n’est pas perdu. Il en appelle pour cela à la communauté internationale qui doit, selon lui, conditionner les aides accordées au Sénégal à la défense des personnes LGBT : "Elle doit prendre une position très claire pour dire qu'il faut abroger l’article 319 alinéa 3". Un article qui pénalise l’homosexualité et qui date de l’époque où le Sénégal était français.

Au Sénégal, les personnes homosexuelles doivent se cacher - le reportage de Nathanaël Charbonnier
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sénégal

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.