Cet article date de plus de huit ans.

Sénégal : Wade croit encore à une victoire au premier tour

Malgré les contestations, le président Abdoulaye Wade, candidat à sa propre succession, déclare que "tout est encore possible". Son principal opposant,  Macky Sall, juge lui qu'un second tour est "inévitable".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Abdoulaye Wade, le président sénégalais, le 27 février 2012 à Dakar. (ISSOUF SANOGO / AFP)

Tout au long de sa campagne présidentielle, le président sortant Abdoulaye Wade avait appelé ses partisans à l'élire dès le premier tour. Au lendemain d'un scrutin incertain, il croit encore à une victoire écrasante. Alors que les premiers résultats officiels sont attendus le mardi 28 février, le candidat contesté à sa propre succession a estimé, lundi 27 février, que "tout est encore possible".

"Le recensement qui, à l'heure actuelle, porte sur 282 collectivités locales sur 551, soit la moitié, nous classe en tête avec 32,17%, et 25,24% pour mon suivant. Tout est donc encore possible, victoire ou second tour, a déclaré Abdoulaye Wade dans une déclaration à la presse. Ensemble, nous relèverons ce défi, vous avez ma confiance et je sais pouvoir compter sur la vôtre."

Pour Macky Sall, le second tour est "inévitable"

Son principal adversaire, l'ancien Premier ministre Macky Sall, pense au contraire être plus que jamais dans la course, assurant l'avoir emporté dans les principaux départements du Sénégal, dont l'agglomération de Dakar. Son entourage estime qu'il est "au coude-à-coude" avec Abdoulaye Wade, et lui-même juge qu'un second tour est "inévitable".

REUTERS

Les électeurs se sont mobilisés dans le calme, dimanche, après des violences préélectorales qui avaient fait, en un mois, de 6 à 15 morts, selon les sources, suscitant la crainte de nouveaux incidents le jour du vote. De nombreux opposants estiment que la candidature d'Abdoulaye Wade, 85 ans, est illégale.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.