Covid-19 : timide ouverture des frontières en Europe comme en Afrique

Les trois pays du Maghreb et le Rwanda sont les seules nations africaines qui figurent sur la liste de l'Union européenne autorisant leurs résidents à séjourner en Europe, depuis le 1er juillet 2020. 

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
L'aéroport de Bruxelles-Zaventem (Belgique), le 15 juin 2020. (JONATHAN RAA / NURPHOTO)

Quatre sur les 54 pays du continent africain : l'Algérie, le Maroc, la Tunisie et le Rwanda. Les voyageurs de ces pays sont les seuls du continent africain à pouvoir faire du tourisme en Europe depuis le 1er juillet 2020. "L'élément déterminant pour décider si la restriction temporaire des déplacements non essentiels vers l'UE s'applique à un ressortissant d'un pays tiers devrait être la résidence dans un pays tiers pour lequel les restrictions des déplacements non essentiels ont été levées (et non la nationalité)". 

L'Union européenne a publié une liste de 15 pays concernés par l'ouverture progressive de ses frontières. Une mise à jour devrait être faite tous les 15 jours. Les critères qui prévalent à la sélection européenne sont "un nombre de nouveaux cas de Covid-19 proche ou en dessous de la moyenne de l'UE, constatée au 15 juin 2020 pour 100 000 habitants au cours des (14) jours précédents, une tendance stable ou en baisse concernant les nouveaux cas au cours de la même période par rapport aux (14) jours précédents et la réaction globale face à la pandémie de Covid-19" au regard, entre autres, du "dépistage", "du traçage des contacts" ou encore "de la fiabilité des informations et sources de données disponibles".

Cette "restriction temporaire" ne concerne pas certaines catégories de personnes comme "les ressortissants de pays tiers qui sont résidents de longue durée" en Europe, "ainsi que les membres de leur famille". Elle ne concerne pas non plus les "voyageurs ayant une fonction ou des besoins essentiels" comme les professionnels de santé, les travailleurs saisonniers, les gens de mer, les personnes qui se déplacent dans le cadre de leurs études ou celles qui ont "besoin d'une protection internationale ou pour d'autres motifs humanitaires".

Principe de réciprocité 

Le Gabon, qui ne figure pas sur la liste des 15 et qui a ouvert ses frontières internationales le 1er juillet, a annoncé qu'il appliquerait le principe de réciprocité. Le ministre des Affaires étrangères Alain-Claude Bilie-By-Nze a indiqué, dans un tweet, qu'une circulaire a été transmise aux représentations diplomatiques gabonaises concernées, afin que des visas de tourisme ne soient pas délivrés aux ressortissants de l'Union.

Le Sénégal a annoncé qu'il prendrait les mêmes dispositions que Libreville. Cependant, le président sénégalais Macky Sall avait annoncé, fin juin, une réouverture de ses frontières "à partir du 15 juillet" et que la reprise des vols internationaux serait soumise à "un protocole sanitaire défini".

Par ailleurs, les pays de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao), dont le Sénégal fait partie, ont annoncé mi-juin une ouverture de leurs frontières internationales "d'ici le 31 juillet" en fonction de l'évolution de la pandémie.

De même, si les frontières européennes sont ouvertes à leurs résidents, celles de l'Algérie ne le sont pas encore aux Européens. Le président algérien Abdelmadjid Tebbboune a déclaré le 28 juin que son pays resterait fermé jusqu'à ce que "Dieu libère (l'Algérie) de ce fléau". Contrairement au Maroc ou à la Tunisie qui sont ouverts aux touristes étrangers depuis fin juin.

"Le transport aérien est vital pour la santé économique des pays", a déclaré le 2 juillet le Dr Matshidiso Moeti, directrice régionale de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour l'Afrique. "Mais alors que nous recommençons à prendre les airs, nous ne pouvons pas baisser notre garde", conseille-t-elle aux Etats africains. Selon l'OMS, les pays de la Cedéao ont prévu de rouvrir leur ciel à partir du 21 juillet et c'est déjà le cas pour le Cameroun, la Guinée équatoriale, la Zambie et la Tanzanie. 

Le continent reste le moins touché par la pandémie, même si la situation y demeure préoccupante, notamment dans une dizaine de pays dont l'Algérie et le Sénégal. Au 30 juin, la zone Afrique de l'OMS comptait 303 986 cas et a enregistré 6 155 décès depuis l'apparition du premier cas détecté le 25 février 2020, en Algérie. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.