République démocratique du Congo : les violences ont provoqué le déplacement de 6,9 millions de personnes dans le pays, un record

Les combats se sont intensifiés depuis début octobre au nord de Goma, la capitale provinciale du Nord-Kivu.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
Les habitants de Bambo, dans l'est de la République démocratique du Congo, fuient alors que le M23 attaque la ville, le 26 octobre 2023. (ALEXIS HUGUET / AFP)

C'est un record. Environ 6,9 millions de personnes sont actuellement déplacées à l'intérieur de la République démocratique du Congo (RDC), a fait savoir l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), lundi 30 octobre. Selon l'agence onusienne, les violences constituent la principale raison de ces déplacements.

Les combats se sont intensifiés depuis début octobre au nord de Goma, la capitale provinciale du Nord-Kivu. Ils opposent les Forces armées de la république démocratique du Congo, des groupes armés dits "patriotes", et la rébellion du M23 (Mouvement du 23 mars). Pour le seul Nord-Kivu, près d'un million d'habitants ont fui leur foyer en raison des combats impliquant le M23.

A la fin octobre, approximativement 5,6 millions des déplacés de RDC étaient établis dans les provinces orientales du Nord-Kivu, Sud-Kivu, d'Ituri et du Tanganyika, selon l'OIM. Fabien Sambussy, chef de mission de l'organisation onusienne en RDC, appelle à "délivrer de l'aide de toute urgence à ceux qui en ont le plus besoin". Dans un communiqué, l'OIM va jusqu'à affirmer que "la RDC est confrontée à l'une des plus grandes crises de déplacement interne et humanitaire au monde".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.