Municipales au Sénégal : l'opposition remporte Dakar et plusieurs autres grandes villes du pays

Test réussi pour la démocratie sénégalaise, mais revers électoral pour le président Macky Sall et la coalition au pouvoir, à cinq mois des législatives.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Des élections municipales et départementales, les premières au suffrage universel direct, se sont tenues au Sénégal, le 23 janvier 2022. Ici, un bureau de vote dans une école de Dakar. (SEYLLOU / AFP)

Les Sénégalais étaient appelés le 23 janvier 2022 à désigner leurs maires, pour la première fois au suffrage universel direct. D'après des résultats presque définitifs, l’opposition a gagné un grand nombre de grandes villes dont la capitale Dakar.

Revers électoral

"Au moment où je vous parle, nous avons gagné les villes de Dakar, Ziguinchor, Thiès et Guédiawaye", a déclaré à l'AFP Déthié Fall, le mandataire national de la coalition d'opposition Yewwi Askan Wi ("Libérons le peuple" en wolof). La majorité présidentielle a aussi mordu la poussière à Kaolack, plus grande ville du centre, selon les résultats provisoires.

Le scrutin de dimanche 23 janvier visant à élire les maires et présidents de départements constituait un test politique à cinq mois des élections législatives et à deux ans de la présidentielle. Résultat : les deux plus sérieux opposants au président Macky Sall sortent renforcés de ce scrutin.

Les listes de l'opposition étaient dirigées à Dakar par Barthélemy Dias, proche de l'ancien maire Khalifa Sall, incarcéré plusieurs années et frappé d’illéligibilité. La dimension symbolique d’une victoire dans la capitale, à forte visibilité internationale et où vivent 20% de la population, est considérée souvent comme "un marchepied pour la présidence".

La victoire d'Ousmane Sonko à Ziguinchor est également un coup dur pour le pouvoir. Figure centrale des manifestations de mars 2021 qui ont secoué le Sénégal, Ousmane Sonko est pressenti comme un des principaux concurrents à l'élection présidentielle de 2024. Le vote a permis de confirmer sa popularité.

Macky Sall avait averti qu’il ne se sentirait pas remis en cause par des élections locales. "Comment voulez-vous, dans une démocratie, qu'un président de la République, élu au suffrage universel, puisse dépendre des résultats des collectivités, des municipalités", avait-il affirmé en décembre 2021 sur RFI.

Macky Sall candidat en 2024 ?

Macky Sall, réélu en 2019, dirigeant très écouté par la communauté internationale sur la crise au Sahel ou la question de la dette, maintient le flou sur ses intentions pour 2024.

Une révision constitutionnelle approuvée en 2016 limite à deux le nombre des mandats présidentiels. Des voix suggèrent que cette réforme pourrait avoir remis les compteurs à zéro, comme cela fut notamment le cas en Côte d'Ivoire pour Alassane Ouattara en 2020. Le refus de voir M.Sall briguer un troisième mandat a été l'un des slogans des manifestations de l'opposition en 2021.

Les élections locales se sont déroulées dans le calme, sans incidents majeurs. La démocratie sénégalaise a montré une fois de plus sa singularité dans une région marquée par les coups d’Etat à répétition et les reculs démocratiques.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique africaine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.